Protéger et servir ?

Afficher l'image d'origine

Voici un article un peu à part sur un sujet que je n’aborde presque jamais sur le blog  : la politique et les médias. La manifestation du 28 avril à Paris et la manière dont on en a parlé dans les médias traditionnels m’a convaincu de m’exprimer sur le sujet  !

Mais d’abord, un peu de contexte personnel : je suis généralement apolitique, ne militant ni dans un parti, ni dans un syndicat.

La première fois que j’ai voté, c’était en 2002 et mes idéaux ont donc vite été brisés… depuis, comme beaucoup je vote sans aucune illusion que cela changera quelque chose et je me suis concentrée sur le local (entourage, emploi stable et agréable…) et un des rares espaces de liberté et de rêve accessible : le numérique et Internet. D’ailleurs, les 2/3 manifestations auxquelles j’ai participé ces dernières années étaient toutes pour la défense des libertés sur Internet (malheureusement, il n’y avait généralement pas grand-monde prêt à bouger pour défendre ces libertés !).
Internet m’a aussi permis de me rendre compte à quel point les « grands » médias traditionnels étaient tous sur le même moule et laissait toujours la parole aux mêmes…

 

Et puis les années 2015-2016 sont arrivées. Il y a eu les attentats, bien sûr, mais il y a surtout eu les réponses opportunistes et cyniques du gouvernement qui en a profité pour faire voter des lois ultra-sécuritaires au nom de notre « protection » mais qui pourront surtout leur servir à augmenter la surveillance généralisée en toute impunité…

En parallèle, je me suis penché sur plusieurs sites, chaînes youtube… de gens qui ressentaient la même lassitude vis-à-vis de notre système politique sclérosé mais qui proposaient d’appliquer des idées nouvelles sans tomber dans l’extrémisme : JCFrog, Hacking Social, Grise Bouille…sans compter des sites salutaires que je fréquentais déjà : La Quadrature du Net, Framasoft, etc.  très impliqués dans le monde du libre et la défense des libertés numériques. Ils m’ont redonné un peu d’envie de rêver et de se battre pour un autre monde. En fait je me suis auto-radicalisée sur le Net ! 😉

C’est ainsi que j’ai vite appris l’existence du collectif On vaut mieux que ça et que j’ai pu me renseigner facilement sur le projet de loi El Khomri.  Quand j’ai vu les propositions faites pour le Medef et aggravant encore les inégalités, j’ai décidé de lutter contre cette loi, même si je n’étais à priori pas directement concernée (je suis fonctionnaire).

J’ai déjà fait grève deux fois et me suis rendus aux précédentes manifestations les 17 et 31 mars. J’ai bien entendu parler de quelques casseurs le soir aux informations, mais j’ai eu la chance d’y échapper ces deux après-midis là. Même si je ne crois plus vraiment dans notre système politique, je faisais encore assez confiance à la police et à la justice, et je plaignais plutôt les CRS de devoir gérer des casseurs en fin de cortège…

… et puis j’ai été à la manifestation de jeudi 28. Je vais commencer par raconter mes impressions sur place pour compléter ensuite par une analyse après coup avec ce que j’ai appris ensuite.

 

Impressions à chaud

Quand je suis arrivée, il y avait du monde mais ce n’était pas compact, j’ai pu me déplacer assez facilement. J’ai vu les habituels groupes syndicaux, des jeunes, des vieux, des familles… après 20 minutes (et avec 1h de retard, comme les fois précédentes), le cortège a démarré.

L’ambiance était bon enfant, peut-être plus qu’au 31 mars où on sentait surtout la détermination (le temps plus agréable jouait sans doute). Les gens étaient calmes, j’ai vu un garçon de 9/10 ans criait des slogans avec enthousiasme ou une mère de famille et ses jeunes enfants qui saluaient la foule de sa fenêtre… j’ai remarqué une abondante présence policière (encore davantage que pour les autres manifestations), mais pour ma part, je n’ai aperçu aucun casseur ou individu louche, le cortège était étendu mais pas ultra compact, c’était assez agréable, d’autant plus que je le remontais pour arriver tôt à Nation et rejoindre ma soeur à République pour voir le fameux mouvement Nuit Debout (j’étais curieuse).

Au pont d’Austerliz j’était à l’avant avec quelques dizaines de personnes. Soudain, une quinzaine de CRS a fait une barrière au milieu du pont et nous a stoppé une dizaine de minutes. Aucune raison n’a été donnée, de nombreux manifestants ont commencé à s’agacer de cet arrêt inexpliqué. Finalement, ils nous ont laissé avancer… avec eux devant qui ouvraient la marche !

Ouvrir un cortège avec des CRS, c’était assez surréaliste, et certains jeunes agacés ont commencé à crier des slogans moqueurs (ex : »CRS en colère, le pastis est trop cher ! ») ou chanter des chansons anti-flics. Ce n’était pas très malin, mais s’il fallait matraquer tous ceux qui disent des choses stupides, il n’y aurait plus beaucoup de monde sans fracture dans la classe politique !

200 mètres plus loin, nouvel arrêt Avenu Ledru-Rollin. Les CRS ne nous ont toujours rien dit, pour ma part je les sentais tendus, hostiles, presque provocants… grâce à cette atmosphère étrange, j’ai commencé à discuter avec d’autres manifestants autour de moi. J’ai notamment rencontré une mère et sa fille (17/18ans). Elles m’ont raconté que la fille était au milieu d’une foule qui s’est fait gazer sans discrimination le 31 mars et s’est reçue une grenade lacrymo qui lui a ouvert la main droite. Les CRS bloquant tout le monde y compris les pompiers, elle a dû marcher elle-même jusqu’à l’hôpital Saint-Antoine ! Elle ne pouvait pas écrire plus de 3 semaines après : un nerf avait été touché…

Peu après,on a appris que les CRS gazaient à tout va à Austerlitz (la dame qui me l’a dit n’y voyait plus tellement il y avait de fumées) et qu’un 2ème groupe était bloqué sur le pont. Un groupe proche de moi est retourné là-bas voir ce qu’il se passait. De mon côté, j’ai joué la sécurité en restant sur place. Les CRS ont commencé à laisser passer quelques manifestants au compte-goutte.

La tension est monté rapidement avec le mur de CRS toujours quelques mètres derrière et les rumeurs sur les gazages (toujours aucune explication de leur part). On voyait les grenades lacrymo jetés sur le pont et les gens (dont moi) autour des CRS (bloquant toujours à moitié la foule) ont commencé à leur crier « Dégagez, dégagez »… on avait l’impression qu’ils volaient notre manifestation !

Une partie du cortège a avancé peu à peu(et le mur de CRS encore à 10/20 mètre derrière moi) et les CRS du mur ont balancé des grenades lacrymo dans la foule juste drrière… pour ma part, je n’ai pas entr’aperçu l’ombre d’un casseur aux endroits gazés tout au long de cette « intervention ».

Ne souhaitant pas particulièrement me recevoir des gaz lacrymo pour pouvoir terminer la manif (à priori, j’ai appris plus tard que les lacrymo ont aussi plu joyeusement à Nation!) et ayant rendez-vous avec ma sœur, j’ai bifurqué rue de Lyon pour rejoindre Bastille et rejoindre Nuit debout (j’étais curieuse de voir le mouvement de mes propres yeux).

Les CRS qui avaient encerclé la zone ont exigé que je retire mon autocollant pour sortir ! Je n’étais pourtant de toute évidence pas un casseur, je n’avais pas de batte ou quoi que ce soit… j’ai protesté contre cette atteinte claire à mon droit de manifester pacifiquement, mais je me suis heurté à un mur (d’ailleurs, j’étais de nouveau face à un mur de 15 CRS…). J’avoue ne pas avoir voulu d’ennui et enlevé alorsl’autocollant… pour le remettre aussitôt franchi le cordon ! Je l’ai porté fièrement le reste de la journée, outrée d’un manquement aussi flagrant à la liberté d’expression… c’est vrai qu’un autocollant fait de moi une dangereuse terroriste !

J’ai finalement rejoint République, encore un peu sous le choc de ce que j’avais vu ! En arrivant, j’ai discuté un peu avec des gens du collectif qui pensait que la soirée « serait chaude » avec une présence policière déjà importante vers 17h et qui a rapidement augmentée avec la fin de la manif… il pensait que Valls voulait stopper le mouvement avant L’Euro 2016 (c’est vrai quoi, le foot c’est tellement plus important que la démocratie et la liberté d’expression !) !

Après une pause thé, nous avons donc vu quelques-unes des commissions de Nuit Debout (peut-être un peu idéalistes, mais on en a bien besoin en ce moment !) et assisté au début de l’AG. On commence par un témoignage sur la manif d’une syndicaliste de 50/60 ans qui expliquait clairement que les CRS étaient agressifs et qu’ils avaient tentés de la frapper après qu’elle les ai provoqué verbalement (énervée par les lacrymo qu’elle voyait). Elle a aussi dit avoir vu cette tactique à plusieurs reprises dans sa « carrière » de manifestante avec séparation des cortèges, lacrymo et matraquages… On a appris également qu’un manifestant à Rennes avait perdu un oeil à cause d’une flashball !
L’AG a ensuite parler de convergence des luttes avec les syndicats, d’action futures… encore une fois, je n’ai vu aucune violence sur la place de la République. On nous a annoncé vers 19h45 que tous ceux qui rentrent dans le métro à République sont soigneusement fouillés, mais quand on est parti 20h30. La station République était fermée, encore une fois sans explication (pour le coup, c’était peut-être une décision de la RATP).

En chemin vers Oberkampf, outre des tas de cars de CRS convergeant sur la place, j’ai croisé 2 gendarmes à qui j’ai demandé si la station était ouverte. Comme ils avaient l’air assez aimables et ouverts (ils ne m’ont pas reproché mon autocollant, eux !), je leur ai demandé pourquoi République est fermée et pourquoi il y a autant de CRS, on m’évoque de vagues violences encore une fois que ma sœur et moi n’avons absolument pas vue !

De plus quand je leur dit que j’ai bien vu les CRS et leur lacrymo cet après-midi, un d’eux me dit « qu’il le fallait » sans plus d’explication, même après leur avoir dit n’avoir vu aucun casseur. Ne voulant pas rentrer dans un dialogue stérile, nous sommes repartis… en nous promettant bien de se renseigner sur ce qu’il se passerait ensuite à République !

 

Analyse à froid

Après avoir vu les infos, cherché des vidéos de la manifestation sur le net, il semble qu’il y ait bien eu quelques casseurs en marge de la manufestation. Il est également probable qu’une partie des manifestants victimes des grenades lacrymo lancées un peu partout aient été tentés de répliquer…  Evidemment, je codamne les casseurs et les violences et j’espère que les policiers blessés vont s’en sortir ! Les CRS font clairement un métier difficile et sont certainement sous tension avec l’état d’urgence. Les 2 gendarmes croisés plus tard étaient probablement sincères dans leur réponse avec les informations qu’on leur avait donné !

Mais il y a plusieurs choses qui me chiffonnent. Commençons par le non-journalisme des médias classiques, qui se sont contentés de rapporter les propos de porte-paroles et de diffuser quelques images-choc de casseurs… bel exemple de parti pris et de reportage orienté ! Pourquoi ne pas avoir envoyé plusieurs journalistes à plusieurs endroits du cortège pour avoir une vraie vue d’ensemble ? Pourquoi ne pas avoir directement interrogé des participants, CRS et manifestants pour confronter les points de vue ? Ah pardon, suis-je bête, c’est bien trop de travail alors qu’on peut faire usage du syndrome du grand méchant monde en contentant nos « chères » élites !

Parce que le gouvernement évidemment sauté sur l’occasion pour décrédibiliser la manifestation dans son ensemble (ainsi que nos revendications !) !

Et puis il y a des détails qui ressortent. La présence policière plus importante qu’au cours des précédentes manifestations : on s’attendait donc à ce qu’il y ait du grabuge ? Comment ? Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il y a eu manipulation des casseurs, mais c’est étrange…
Il y a aussi les tactiques choisies par les CRS. Cette absence de dialogue (si on m’avait brièvement expliqué qu’un arrêtait le cortège pour neutraliser les casseurs, j’aurais compris et été beaucoup moins agacée !), plutôt que de jouer les Stormtroopers hostiles ! La violence aveugle (ou perçue comme tel) ne peut qu’engendrer la violence.

Les stratégies employées avec des armes employées sans discrimination dans la foule avaient toutes les chances d’envenimer la situation… simple absence de réflexion, ou volonté du pouvoir de « casser » la manif en profitant du moindre incident ?

Sans compter la goutte d’eau qui a fait déborder le vase avec l’idiotie cruelle et gratuite dont a fait preuve ce CRS en m’ordonnant de retirer mon autocollant. Il était sans doute stressé par la situation, mais ça ne lui donnait pas le droit de « se défouler » sur des manifestants pacifiques !

 

Conclusion :

Merci système de m’avoir montrer d’autres de tes dysfonctionnements, je m’en souviendrais… cet article me fera peut-être passer pour une dangereuse gauchiste allumée chez les conservateurs ou pour une candide qui découvre la réalité chez les syndicalistes, mais, même si ça ne changera probablement pas grand-chose, je voulais revenir sur cette expérience dérangeante en tant que « Madame tout le monde » (et moins partisan que celui d’un CRS ou d’un syndicaliste acharné, j’espère) , d’autant plus que j’ai vu peu de témoignages détaillés ailleurs !  De plus, le 1er mai est la date idéale pour ce genre d’article !

 

Edit : un autre témoignage qui confirme (malheureusement mes impressions… j’ai vraiment eu de la chance par rapport à d’autres !)

Et un article de Mediapart qui montre bien le problème !

Publicités

8 Réponses

  1. Tu as raison de témoigner c’est super important. D’autant que comme tu le dis c’est pas les « vrai » journaliste qui vont faire ce travail là.
    Le coup de l’autocollant purée, trop abusé, et bravo j’aurais même pas penser à répliquer tellement c’était absurde.
    Comme tu dis il semble pas très logique qu’ils gazent à tout va et semblent chercher la provoc. Mais ça c’est un des principaux défaut de l’autorité quelle quelle soit : ils ne comprennent pas l’intérêt du dialogue. Bon j’ai quand même vu des reportages où les flics prenaient le temps de discuter mais quand même. De toute façon je n’aimerais pas faire leur métier et à ce niveau là j’ai du respect pour eux car ils se retrouvent entre le marteau et l’enclume, avec clairement des Directives venant d’en haut quand ce n’est pas simplement la pression d’une situation délicate.
    Bref félicitation pour ton activisme 🙂

    (jsé pas si t’as vu mais c’est la fête pour moi en ce moment j’ai été publiée ^^ ! http://chezlaventurierdesreves.over-blog.com/2016/03/publication-d-une-de-mes-nouvelles-dans-l-anthologie-du-plomb-a-la-lumiere-edition-le-grimoire-collection-mille-saisons.html )

  2. Oui, l’autocollant c’tait vraiment surréaliste ! C’est sûr que flic est un méter difficile, mais j’ai vraiment l’impression qu’ils avaient reçu des directives pour une répression très sévère…
    Oui, j’ai vu, félicitations ! Je vais sans doute l’acheter

    • merci 🙂 ah ben ça c’est super ça serait cool d’avoir ton avis ! pour info je peux envoyer l’antho moi même, par mondial relais sans doute, donc si t’es intéressée fait moi signe comme ça je pourrais te le dédicacer 😉 (et pour le même prix que l’éditeur frais de ports offert) (je ne sais plus si j’ai ton mail ? sinon passe par l’onglet « contact » de mon blog)

      • Coucou ! Oui, ce serait sympa, par contre, je paye comment, je t’envoie un chèque ?
        Je te renvoie mon mail, pas de souci ! 🙂

  3. Eh bien qu’elle aventure !
    Tu fais bien d’en parler. Je me mêle assez peu de tout ça même si je suis de loin mais je participe relativement silencieusement au ras le bol des politiques qui ne servent à rien et ne pensent qu à protéger leurs arrières, du monde tel qu’il fonctionne.

    • Aventure pour moi, c’est sûr, mais par rapport à d’autres témoignages que j’ai lus ces derniers jours, je m’en suis bien sortie (j’ai eu de la chance d’être à l’avant et de pouvoir sortir de la manif rapidement) !

      Je crois que 99% sont d’accord avec nous, les politiques font partie ou sont au servece des fameux 1%, « l’élite » qui exploite le reste de l’humanité…

  4. Je ne peux m’empêcher de penser a NDDL … C la même et ça sent pas bon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :