Doctor Who 8×02

Après l’introduction de Capaldi du premier épisode, on est reparti pour des aventures trépidantes à travers l’espace et le temps ! Le sujet de l’épisode permet aussi de faire rentrer cette critique dans le Summer Star Wars ! Spoilers, of course !

 

Synopsis

Dans un futur lointain, un Dalek prisonnier gravement blessé semble vouloir détruire les autres Daleks. Le Docteur, Clara et une petite équipe militaire décident de se miniaturiser pour  le soigner et comprendre ce qu’il s’est produit.

 

Cette fois-ci, Twelve est donc en pleine possession de ses moyens et reconnaître ses ennemis jurés : les Daleks. Ces derniers sont d’ailleurs en pleine forme et ont un Empire puissant déjà bien en place qui massacre les derniers bastions de la Résistance locale !

Le début de l’épisode montre d’ailleurs une bataille spatiale assez réussie, même si le vaisseau revient à une succession de corridors plus classique (et plus cheap ! 😉 ) !
Et le Docteur fait son entrée en grande pompe tout en manifestant un manque évident de sympathie. Si la mission n’est pas franchement très crédible du point de vue du groupe de militaires (qui risquent plusieurs vies pour un bénéfice potentiel très hypothétique alors qu’ils sont dans une situation délicate), c’est surtout un prétexte pour montrer Twelve (en pleine possession de ses moyens) en action ! On le voit interagir avec Clara, des inconnus, Rusty (j’aime beaucoup ce surnom !)…

L’intrigue est très classique (et c’est d’ailleurs l’occasion de plusieurs blagues au cours de l’épisode) mais Je suis définitivement conquise par le Twelve de Capaldi ! C’est un Docteur très différent de ses récents prédécesseurs : là où Ten et Eleven étaient d’un abord sympathique et sociable (même si excentrique) tout ayant un fond de noirceur caché, Capaldi nous peint un Docteur qui semble cynique et insensible mais qui cache de vrais doutes et fragilités !

C’est là que le rôle de Clara prend toute son importance : elle sert « d’interprète » entre le Docteur (qu’elle connaît encore bien) et les personnes rencontrées. Moi qui n’est jamais aimé Clara que je trouvais trop lisse avec Eleven, je trouve que la relation qui lie avec Twelve est bien plus intéressante ! De plus, on tente (enfin !) de lui créer un entourage en lui offrant un love interest potentiel (même si le développement de ce dernier n’est pas franchement subtil…) qui pourra peut-être interagir avec le Docteur plus tard !

Les dialogues de Twelve avec les soldats sont à la fois choquants et très drôles dans le décalage totale de ce Docteur… Il s’agit clairement d’une des versions les plus aliens, à rapprocher avec One ! Mais peut-être est-ce lié au nouveau cycle de régénération, il doit réapprendre les codes humains ?
Et comme le disait Madame Vastra, il cache sans doute moins ce qu’il est maintenant qu’il est plus en paix avec lui-même et ses actions passées.
On nous rappelle aussi que le Docteur a une part très sombre avec sa haine des Daleks qui forme une pat importante de ce qu’il est (il dit d’ailleurs lui-même qu’il s’est définit en contrepoint à ses ennemis jurés), mais cette fois-ci il en est peut-être davantage conscient et essaye d’être « a good man ».

 

La « moralité » des Daleks est une thématique régulièrement explorée par la série et l’épisode n’est pas vraiment révolutionnaire : les Daleks ont été créé pour haïr et il est quasi-impossible de les faire changer… ils peuvent ressentir autre chose en « ouvrant » leur cerveau de force, mais la haine prédomine. C’est sans doute pour cette raison que Rusty s’est très vite fixé sur la haine du Docteur ! J’ai beaucoup aimé l’échange final avec Twelve, déprimé et résigné à l’idée de n’avoir pu que retourner ce Dalek contre les siens (et ce à cause de ses propres sentiments).

 

 

Petite réserve : la manière d’amener le fil rouge de la saison arrive comme un cheveu sur la soupe (jeu de mot pourri presque pas voulu !) et n’apporte pas grand-chose à l’intrigue ! on peut juste se demander si Missy sauve toutes les « victimes » du Docteur (morts à cause de lui, volontairement ou non) et dans quel but…

 

 

 

Conclusion :

L’intrigue de l’épisode n’est pas révolutionnaire, mais l’histoire est bien construite et m’a définitivement fait adopter ce Docteur et qui ré-exploite des thèmes connus, mais d’une manière efficace…

 

 

LOGO_summer_star_wars

 

 

Publicités

3 Réponses

  1. Ouiiiiiiiiiii on est d’accord 😀

    • Oui, encore une fois, décidément, cette saison 8 est extraordinaire (et pourrait bien me réconcilier définitivement avec Moffat) ! 😉

  2. […] Steve Lyons, Série : Andromeda saison 1, Les Gardiens de la Galaxie, Omale de Laurent Genefort, Doctor Who 8×02,  Janus d’Alastair Reynolds, Babylon 5 : The Psy Corp Trilogy de […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :