Le Dit de Sargas de Régis Antoine Jaulin

J’ai lu cette novella en début de semaine pour le Winter Mythic Fiction. Il était dans ma PAL depuis un moment : je l’avais acheté sur un conseil du libraire de Scylla…

Synopsis :

Il s’agit d’un livre racontant la mythologie (genèse, dieux…) d’un monde proche de l’Inde…

Il ne s’agit pas vraiment d’un roman classique, et j’ai donc mis un peu de temps à me plonger dans cet univers flamboyant et sombre…d’autant plus que le personnage que l’on suit au début n’est pas très sympathique (même si on comprend peu à peu sa haine) !

Il s’agit vraiment d’une mythologie imaginaire classique (à l’image du début du Silmarillon, par exemple) : les dieux sont souvent cruels, et les êtres qu’ils ont créé sont souvent à leur image ! Ces dieux fratricides évoquent évidemment aussi les mythologies grecques ou égyptiennes.

Après la Genèse du monde, le livre est une succession de récits épiques, guerres entre un dieu devenu fou, l’humanité qu’il a créé et d’autres créatures…

Le personnage de Sargas est intéressant, il reste assez ambigu tout au long du récit et ne cache pas ses actions les moins glorieuses. On ne connaît ses motivations qu’à la fin, cela renforce le suspens durant les interludes où il dialogue avec l’homme.

L’histoire est bien écrite et j’ai fini par m’attacher un peu à cette humanité luttant désespérément pour sa survie, quitte à aller dans les excès.

Les motifs indiens se retrouvent dans les noms des dieux et des choses, dans les démons-fantômes ainsi que dans certaines scènes sanglantes. On pourrait vraiment croire à une mythologie « authentique » !

L’auteur est un universitaire et vient du monde du jeu vidéo : cela se sent à la construction de cet univers mythologique très crédible !

Spoilers sur la fin

 

J’ai beaucoup aimé la fin.
La révélation de Sargas (qui explique sa patience avec son auditeur violent) est bien amenée, et cela renforce la note d’espoir finale : maintenant que l’humanité à son destin en main et que Sargas et Baten-Kaïtos sont ensemble, peut-être qu’un monde plus harmonieux pourra voir le jour…

Fin spoilers

Malgré tout, ce n’est pas un coup de cœur : il n’y a pas vraiment de protagonistes auxquels on puisse s’identifier ou avec lesquels sympathiser, élément qui me permet de me laisser pleinement emporter… et puis, le monde reste quand même assez sombre (avec une Histoire tragique), le récit est très bien maîtrisé mais ce n’est pas l’ambiance que je préfère…

Conclusion :

Une mythologie imaginaire fouillée et intéressante à lire (cela me change des romans que je lis d’habitude !) !

winter-mythic-fiction

Publicités

2 Réponses

  1. […] : Lasser, un privé sur le Nil de Sylvie Miller et Philippe Ward, Le Dit de Sargas de Régis Antoine Jaulin, Merlin de Jean Luc Istin et Eric Lambert, Sleepy Hollow saison 1, […]

  2. […] : Lasser, un privé sur le Nil de Sylvie Miller et Philippe Ward, Le Dit de Sargas de Régis Antoine Jaulin, Merlin de Jean Luc Istin et Eric Lambert, Sleepy Hollow saison 1, […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :