The Time of The Doctor

Après l’épisode-anniversaire que j’avais adoré et qui m’avait bien réconcilié avec Moffat, j’avais vraiment hâte de voir le Christmas Special de cette année ! Pas de chance, tout le monde était sur le net le 25 au soir et je n’ai finalement pu le voir que le 26 (les gens ont du voir la programmation télévisuelle française et se rabattre sur le web…). Un épisode définitivement moffatien… Spoilers jusqu’au Christmas Special 2013 !

Synopsis :

Le Doctor se retrouve dans une position délicate sur une planète qui émet un étrange message…

Je ne sais pas trop quoi penser de l’épisode, il met laisse dubitative. Je n’aurai peut-être pas dû revoir le DVD The Day of The Doctor que j’avais reçu la veille, mes attentes n’auraient peut-être pas été aussi élevées… Je l’ai revu ensuite dans la soirée et l’ai un peu plus apprécié.

L’épisode est un condensé des forces et des faiblesses du run de Moffat : de très bonnes idées mal/pas exploitées, des concepts cools,
trop d’ellipses, un manque d’investissement émotionnel dans les personnages…

Commençons par le négatif !

Le problème Clara

Clara n’a pas été assez développée durant la saison 7 pour qu’on s’attache à elle, elle manque d’une personnalité affirmée, et ce n’est pas la tentative maladroite de l’humaniser (qui plus est au plus mauvais moment, où l’on voudrait voir le Doctor) en la montrant avec sa famille qui rattrape ce problème ! Elle semble n’avoir jamais réussi à évoluer au-delà du concept « d’impossible girl ».

De plus, le fait que Moffat insiste sur l’aspect « flirt » de la relation (ça s’était calmé depuis « The Snowmen » avec lequel j’avais vraiment eu du mal !) a empiré les choses ! Dans l’épisode, elle est particulièrement maladroite et naïve (avec sa famille, mais aussi sur la planète et avec le Doctor qui parvient à la renvoyer 2 fois chez elle). L’actrice n’est pas en cause : le personnage n’a simplement pas été assez travaillé…mis à part son thème musical que j’aime beaucoup !

Rythme inégal et ellipses à outrances

Une fois encore, Moffat aurait mieux fait de faire un épisode plus long, voire un double épisode, il veut mettre bien trop de choses en même temps… Il y avait de largement de quoi faire un épisode de Noël sympathique, en prenant un peu plus de temps pour présenter la famille de Clara (dont une femme qui pourrait être sa belle-mère ou sa tante) et en se consacrant davantage à la ville de Christmas, ses habitants et les ennemis à combattre. On introduit même l’idée (avec la faille spatio-temporelle) que le Doctor pourrait avoir inspiré la légende du Père Noël…

Mais Moffat veut aussi résoudre les mystères laissés en suspens, reparler de Gallifrey et des Time Lords, résoudre l’histoire des régénérations limitées…et cela donne une épisode bancal : un contexte de Noël qui fait artificiel, étant donné les enjeux, une partie familiale digne d’une mauvaise sitcom, etc.

De plus, j’ai trouvé le Siège de Trenzalore vraiment décevant : on n’en voit presque rien à part un cyberman en bois ! Tout nous est raconté, or l’adage « show, don’t tell » est toujours d’actualité au cinéma et à la télévision. Moffat n’arrête pas de nous dire à quel point Clara est spéciale…mais ne le montre (presque) pas ! De même, la relation du Doctor avec River manque de développement entre la tentative d’assassinat et le mariage (même si les minisodes de la saison 6 corrigent un peu ce manque, n’hésitez pas à y jeter un œil)…

Cependant, l’épisode a quand même le mérite de revenir sur les mystères laissés en suspens depuis le début de la saison 5…

Musique : un manque de budget ?

Murray Gold a créé des thèmes mythiques pour Eleven en saison 5,6 et 7…Mais il semblerait que pour l’anniversaire et le spécial Noël, la musique ait été un peu oubliée : toute la BO de l’épisode consiste en des reprises de thèmes passés (dont « The Rings of Akhaten » à la fin
d’Eleven) ! La musique est un des points forts de la série, la BBC ferait bien de s’en rappeler, le manque de nouveautés et de thèmes écrits spécifiquement pour les scènes se font cruellement sentir !

Des réponses aux mystères des saisons passées…plus ou moins satisfaisantes !

Si on n’y regarde pas de trop près, on a des résolutions à tous les mystères de la vie d’Eleven. J’ai bien aimé celle du paradoxe des Silences qui provoquent ce qu’ils souhaitaient éviter (classique mais efficace), même si la séparation de l’Église n’est malheureusement pas montrée. Relier les failles aux Time Lords, pourquoi pas, même si le fait qu’elles réapparaissent dans cet univers arrive un peu comme un cheveu sur la soupe (et trop vite après l’épisode-anniversaire et sa fin poétique).

L’explication de Trenzalore est plus alambiquée et pleine de paradoxes : pourquoi le TARDIS ne reconnaît-elle pas les coordonnées de la planète où elle s’est déjà rendue ?? Si le message par la faille a été envoyé partout et en tout temps, pourquoi est-ce que celle de Trenzalore est tellement importante (on va dire que c’est la plus fragile/accessible) ? Les Time Lords ne pourraient-ils pas tenter de revenir ailleurs, tout simplement ? Ne parlons pas de la mort du Doctor sur place, qui a dû avoir lieu dans un futur alternatif où Clara n’était pas présente…

Par contre, je trouve que c’est une erreur d’expliquer que la peur d’Eleven dans la chambre de l’hôtel. Avec sa réplique « Who else ? », ce n’est même pas logique : pour moi il devait s’agir d’une version sombre du Doctor (War Doctor Valeyard…) ! L’explication des failles n’avait pas besoin d’y être reliée !

Enfin, il y a la solution à la limite des régénérations. Il était évident que la série allait continuer bien après Smith, et Moffat n’avait pas besoin de s’attaquer à ce problème tout de suite (qui plus est, de manière un peu artificielle en comptant la fausse régénération de Ten), il aurait pu prendre son temps pour y apporter une solution émouvante, épique… Je n’ai rien contre le fait que les Time Lords lui redonne un nouveau cycle de régénérations (c’était une des solutions les plus logiques), mais ça arrive trop vite et trop facilement ! De plus, Eleven semble découvrir dans cet épisode qu’il est le dernier : il n’en a jamais parlé avant, il avait de l’énergie régénérative pour River…
Bref, on sent que ça a été improvisé pour l’épisode, parce que Moffat voulait se charger de briser la règle des régénérations !

Bon, par contre, je pense qu’il a eu raison de ne pas répondre à la question « Doctor Who » et de la renvoyer dans les cordes pour longtemps…Aucune réponse ne sera jamais à la hauteur des attentes, et elle ne satisferait jamais tout le monde !

On a beaucoup reproché à Russel T. Davies ses deus ex machina de fins de saisons, mais Moffat lui fait de la concurrence !

Heureusement, pour compenser un peu ces défauts, il y a…

Matt Smith : un excellent acteur qui porte l’épisode

Matt Smith est génial tout au long de l’épisode, il est tour à tour drôle et émouvant, du début dans le vaisseau à sa fin qui m’a quand même un peu ému (malgré l’intrigue moyenne, Clara, le maquillage…) ! Il montre vraiment qui est son Docteur, son amour de la vie (des enfants en particulier)…
Ses scènes avec Tasha sont drôles malgré un personnage secondaire peu original (qui n’a pas pensé à River en la voyant ?).

Jenna Coleman fait de son mieux avec le matériel qu’on lui donne, j’ai quand même bien aimé la scène avec sa grand-mère ou le moment où elle lit le poème à Eleven…

La fin d’Eleven est assez réussie dans sa sobriété, même si elle m’a moins émue que celle de Ten (la faut à l’intrigue, au fait que Ten était MON Docteur ?). Matt Smith montre bien la sagesse acquise par son Docteur, son acceptation de sa « mort » et du changement…tout en nous rappelant les moments forts de sa vie !
J’ai été bien plus émue qu’au moment de la fin des Pond, par exemple, où les trous dans le scénario m’avaient empêché la moindre empathie (sans compter le développement de leurs personnages qui partaient dans une direction opposée à toute celle montré dans les premiers épisodes de la saison 7).

Conclusion :

Un épisode en demi-teinte : il fourmille de bons concepts, mais il n’y pas assez de temps pour les exploiter à leur plein potentiel…Moffat veut toujours en faire trop, c’est un défaut récurrent…Heureusement, Matt Smith est excellent et sa fin est belle et émouvante ! J’ai hâte de voir Capaldi à l’œuvre, mais je regrette un peu que Moffat reste showrunner…Espérons qu’il se renouvellera pour Twelve !

Publicités

5 Réponses

  1. Je viens enfin de le voir! J’ai bien aimé même si je suis d’accord avec toi sur les défauts, il y a un peu trop de choses. Ce qui m’a le plus gêné c’est Trenzalore ou finalement je n’arrive pas à le rattacher dans mon esprit avec le dernier épisode de la saison 7 que j’avais adoré et oui la chambre 11 j’aurai pensé que c’était 9 qu’il voyait…
    Et River m’a manqué…mais River me manque toujours….

    Sinon Matt Smith était génial et j’ai adoré sa régénération en deux temps et finalement la seconde rapide et sobre. C’est MON doctor du coup j’ai été particulièrement émue et j’ai apprécié que Moffat en fasse quelque chose de moins dramatique que ce que n’avait fait Davies pour Ten (oui désolée mais la grande scène d’adieux était pour moi un peu too much).

    J’ai hâte de voir Cappaldi à l’oeuvre avec un tout nouveau cycle de régénération.

    Par contre question: est-ce que comme moi tu penses que la dernière phrase de 12 nous indique que le Doctor repart à 0 avec son nouveau cycle? Un nouveau doctor pour un « vieux » visage? J’avoue que j’aime beaucoup l’idée.

    Je l’ai moins aimé que The Name of the Doctor et le 50th Special mais c’était sympa quand même.

    • Oui, Matt Smith est excellent, heureusement ! Il ne m’a pas autant ému que Ten (mais Ten est celui avec lequel je suis devenu fan de la série, MON Docteur, sans compter la très belle musique de « Vale Decem ») mais la scène était vraiment réussie ! C’est d’autant plus dommage de ne pas s’être concentrer uniquement sur Trenzalore et la fin d’Eleven !

      Oui, poour la dernière phrase, je pense que ça veut dire qu’il est reparti à zéro avec 13 incarnations toutes neuves (de quoi voir venir jusqu’au centenaire de la série ! :-D) !

  2. Je suis plus enthousiaste que toi (ça ne te surprendra pas ^^).

    L’épisode n’est pas parfait mais je trouve qu’il remplit bien son contrat, et c’est un joli adieu à Eleven (qui finalement est un personnage très différent de Ten). Mais effectivement c’est dommage pour la musique.
    Bon va falloir que j’attaque mon compte rendu moi, ça va pas être une mince affaire xD

    • Non, c’est sûr ! 😉

      La scène de fin était belle, mais le reste de l’épisode était trop bordélique et bâclé à mon goût…
      Et j’espère vraiment qu’on aura plus de nouvelles musiques pour la saison 8 !

      J(attends ton compte-rendu avec impatience ! 😀

  3. […] Doctor Who (deuxième moitié de la S7, anniversaire et Christmas Special + DW Classic (UK) : l’année de ma réconciliation avec la série (après une fin de saison 6 […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :