Chien du Heaume de Justine Niogret

Ça faisait un moment que j’entendais parler de ce livre, et toutes les critiques étaient positives. J’ai hésité à l’acheter parce que le synopsis ne me tentait pas plus que ça, mais quand je l’ai vu à la bibli, je me suis dit que c’était l’occasion rêvée de découvrir ce roman, surtout avec les vacances qui arrivaient !

 

Synopsis :
Chien du Heaume est une redoutable guerrière mercenaire à la recherche de son nom et de son passé qu’elle a oublié. Elle rencontre Bruec, un chevalier qui lui donne un début de piste…

 

 

Le roman commence par un flashforward pour nous montrer à quel point l’héroïne est mortelle. Il s’agit d’une des rares scènes d’action du livre : même si Chien est une guerrière, on n’assiste pas à tellement de combats au final !

Le roman prend plutôt le temps de nous présenter cet univers brutal, souvent mortel mais qui est aussi empreint d’une beauté sauvage. Les personnages principaux (Bruec et Chien et la plupart de l’ost de ce dernier) sont à l’image de cet univers, ils sont violents et sans pitié mais aiment par-dessus tout la liberté et ne sont pas dénués d’une certaine noblesse d’âme.
Le monde fait penser au Bas Moyen-Age, à l’époque où les rites païens étaient légion, tout comme les seigneurs de guerre et où l’Église n’avait pas encore le pouvoir absolu qu’elle allait acquérir pour de nombreux siècles. La fantasy est présente par petites touches : sorcière, malédiction, enfant-fée, animal monstrueux…

Chien est une héroïne inhabituelle : une femme guerrière (et pas magicienne ou voleuse comme c’est souvent le cas en fantasy), laide et non-éduquée. Cependant, elle se révèle attachante avec sa fragilité cachée, ses doutes, sa loyauté…
Le récit est très bien écrit et rend clairement hommage à la tradition du conte oral. Le narrateur se définit comme conteur et s’adresse à nous à plusieurs reprises, explique ses choix narratifs, ajoute des précisions sur l’univers (sur un ton bien plus personnel que la plupart des notes de bas de page !) ! Le vocabulaire est à la fois recherché (il y a des mots issus du Moyen-âge) et accessible (pas besoin d’aller consulter le lexique toutes les 5 minutes, 90% du temps on peut inférer le sens du mot d’après le contexte). Le récit a un rythme plutôt lent, mais il n’est jamais ennuyeux, on se promène dans cet univers, on se laisse bercer par les mots…

 

 

Légers spoilers !

La fin du récit a un air de fatalité, mais finit sur une note ouverte. La quête du nom de Chien s’achève d’une manière surprenante au premier abord, mais finalement assez logique pour une quête de cette nature.  La suite est sortie, il faudra que je la trouve !

Enfin, la postface de l’auteur me l’a rendu encore plus sympathique : elle est sur un ton très différent, plein d’humour geeko-rôliste (elle est clairement bi-classée) et même son lexique est agréable à lire grâce à cet
humour !

 

 

 

Conclusion :

Très beau récit rendant hommage aux légendes moyenâgeuses comme Beowulf et aux bardes et troubadours et leurs histoires, ce récit devrait plaire aux amateurs de fantasy originale comme aux amoureux de la littérature et de l’écriture travaillée !

Publicités

7 Réponses

  1. Je l’ai lu en compagnie des Atuaniens, j’avais beaucoup aimé 🙂 les ellipses passent toutes seules pour se concentrer sur l’histoire, c’est chouette.

  2. Pareil qu’Acr0, je l’ai lu avec les Atuaniens, et j’avais beaucoup aimé. Notamment l’ambiance générale qui sort de ce récit, on se croirait en plein Moyen Age, à sentir les odeurs, et à découvrir les paysages de ce roman.

  3. Acr0 : oui, l’écriture est ciselée et les ellipses judicieuses !
    Olya : oui, Le Cercle d’Athuan a toujours l’air de proposer des lectures intéressantes !

  4. […] Chien du Heaume de Justine Niogret : un des auteurs français de SFF que j’ai découvert cette année avec […]

  5. Bonjour, je souhaite obtenir un email pour vous faire parvenir un dossier de presse Mnémos lié à Justine Niogret. Bien cordialement.
    Pour me contacter : berjaud@hotmail.com

  6. […] Mères, Reine de Mémoire), Gail Carriger (Le Protectorat de l’Ombrelle), Justine Niogret (Chien du Heaume) Marion Zimmer […]

  7. […] Cœur de rouille de Justine Njogret : j’avais vraiment aimé Chien du Heaume, mais j’ai beaucoup plus de mal à rentrer dans ce roman-là ! Je pense que c’est parce […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :