The Parasol Protectorate de Gail Carriger

J’ai déjà critiquer les 2 premiers tomes de la série ici et ,  mais je voulais faire un bilan complet (en me concentrant plus particulièrement sur les 3 derniers volumes) maintenant que j’ai enfin fini cette pentalogie de science-fantasy steampunk !
Légers spoilers sur les 3 derniers tomes !

Synopsis :

Malgré sa grossesse, la vie d’Alexia n’est pas reposante ! Entre sa relation tumultueuse avec son mari, des complots contre la Couronne, les secrets de son père la nécessité de maintenir l’équilibre  du monde surnaturel,  elle n’a pas une minute à elle !

Cette série est vraiment très attachante sur la durée ! L’auteur développe petit à petit son univers steampunk surnaturel ainsi que ses personnages secondaires (Ivy et Biffy, notamment) qui prennent de l’ampleur au fur et à mesure !
L’héroïne est toujours aussi charismatique et terre-à-terre, avec un sens de l’humour à froid très efficace ! L’insistance victorienne sur les bonnes manières en toutes circonstances y compris les plus extrêmes donnent lieu à des situations très cocasses !
Sa relation avec son mari est aussi très distrayante et bien écrite : la preuve que deux personnages en couple peuvent continuer à être intéressants ! Il faut dire qu’avec leur fort caractère, Alexia et Connall s’asticotent, se disputent et se réconcilient en permanence, ou presque ! 😉 C’est vrai que ce couple rappelle celui des Emerson (d’ailleurs, eux aussi ont un enfant extraordinaire) !

Dans les personnages secondaires, j’adorent particulièrement Lord Akadelma et le professeur Lyall ! Akeldama pour son côté faussement superficiel et son intelligence cachée, Lyall pour sa ruse et ses capacités de réaction derrière ses airs inoffensifs !

Les intrigues ne sont pas révolutionnaires mais elles sont bien ficelées et rythmées ! Les tomes 2 à 4 se suivent de près (avec clifhanger) et se dévorent d’une traite, le tome 5 forment un épilogue qui nous permet de voir tous les personnages évoluer, donnent des réponses sur des points mythologiques, nous fait visiter un peu la mystérieuse Egypte…

L’aspect surnaturel du monde est bien pensé, il y a vraiment une théorie « scientifique » derrière les diverses créatures surnaturelles, tout comme la science steampunk, basée sur l’éther, une matière à la mode au XIXème siècle.

J’adore vraiùe,t le côté très anglais de la série, on sent l’amour de l’auteur pour le pays et ses traditions (thé, politesse, humour…) !

J’aime beaucoup les couvertures, elle donnent une assez bonne image de l’univers et je suis contente qu’Orbit les ai gardées pour la VF ! Par contre, à mon grand regret, la version poche a une couverture plus médiocre : si j’aime beaucoup le Big Ben, je trouve qu’Alexia fait vraiment trop minette ! C’est sans doute pour attirer le public de la bit-lit classique ! Jugez par vous-même :  

Par contre, à priori, la traduction est bonne !

 

 

Conclusion :

Une très bonne série aux personnages charismatiques et attachants, pleine d’humour et de britishitude ainsi que d’aventures rythmées et dangereuses (mais  auxquelles on réagit toujours avec flegme, of course !) ! Je ne pouvais qu’adorer et je vous en  conseille fortement la lecture (avec thé et scones, si possible) !

Publicités

7 Réponses

  1. J’ai vraiment bien aimé le tome 1 mais j’hésite à poursuivre car ça devenait un peu trop girlie pour moi et j’ai peur que cette tendance s’accentue. Ce qui me plaît c’est surtout l’humour et le cadre victorien… pour ma petite âme romantique il aurait fallu que la relation d’Alexia avec son fameux loup-garou n’aboutisse pas aussi vite… et en même temps je suis curieuse de découvrir la suite.

  2. Lou : c’est vrai qu’il y a un côté girlie, je dirai que c’est entre la bit-lit et la fantasy urbaine, la relation d’Alexia et de Connall reste assez centrale ! Après, ils sont intéressants même quand ils sont ensembles, et l’univers est vraiment sympa !

  3. De toute façon je crois que je vais finir par craquer 🙂

  4. Lou : j’ai hâte de lire tes critiques, alors ! 🙂

  5. […] encore ! J’ai également un nouveau PJ sympa basé sur la piquante Alexia Tarabotti du Protectorat de l’ombrelle ! Et puis, c’est toujours un plaisir d’inventer une histoire, d’imaginer comment […]

  6. […] peu fades et passifs, notamment) comparé à des ouvrages plus récents (par exemple la saga Sans âme, les livres de Stephen […]

  7. […] chercher de la bonne bit-lit, ka série est dans le haut du panier à mes yeux, après Sans Âme de Gail Carriger, bien sûr !) […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :