The Risen Empire de Scott Westerfeld

A.K.A Les Légions immortelles en VF ! J’avais beaucoup apprécié la trilogie  Léviathan (uchronie steampunk se déroulant durant une Première Guerre Mondiale alternative) et j’avais entendu beaucoup de bien de ce space-opera, et je l’ai donc lu très vite après réception de la commande (d’autant plus que je sortais d’une période morne en matière de lectures et que je cherchais un roman motivant) ! Je n’ai pas été déçue…

Synopsis :

L’Empire Ressuscité compte 80 mondes et est stable et puissant grâce à la promesse de l’immortalité découverte par l’Empereur. Les Rix sont son seul ennemi : il s’agit d’un culte humain dévoué à la création d’IA très évoluées que les Rix considèrent comme des dieux. Après une première incursion rix brutale, l’Empire a réussi à maintenir une paix prudente avec ces derniers. Mais quand la soeur de l’Empereur se fait prendre en otage par un commando rix, tout va changer…

 

 

J’avoue que j’ai eu un peu peur pendant le premier chapitre. Le lecteur est parachuté en pleine opération militaire au milieu de technologies qu’il ne connaît pas ! Mais passé ces premières pages, j’ai très vite accroché à ce space-opera riche en action, émotions et secrets !

En effet, s’il y a pas mal de batailles spatiales, on a une multitude points de vue à travers l’Empire, ce qui permet d’introduire les décisions politiques de la capitale et de voir leurs conséquences sur le champ de bataille à des années-lumières ! Et cela permet aussi de varier les ambiances : entre le capitaine de vaisseau, son second, la sénatrice impériale, le commando rix…il y en a pour tous les goûts !

Et il y a des flash-backs réguliers qui permettent de mieux comprendre la relation qui unit les deux protagonistes centraux !

De plus, le background de l’univers est vraiment intéressant avec ces deux philosophies humaines très différentes qui donnent naissances à deux branches humaines qui s’éloignent de plus en plus l’une de l’autre. Il n’y a pas d’extraterrestres ici, mais ces deux branches et cet « esprit composé » sont vraiment travaillés et fascinants !
On a aussi des différences culturelles plus mineures au sein de l’Empire, une opposition au culte des ressuscités…
Bref, on a l’impression d’un univers complexe et vivant !

De plus, il n’y a pas un grand méchant, tout est plus complexe et ambigu, notamment au plus haut niveau des deux camps (pour qui les protagonistes sont avant tout des pions) !

Seul petit défaut à mon goût : l’auteur se lance parfois dans des descriptions un peu trop techniques à mon goût, certains passages louchent vers la hard-science ! Mais bon, ça reste occasionnel, j’ai juste lu ces passages en diagonal ! Cependant, la relative rigueur technologique du roman (pas d’hyper-espace, la relativité s’applique) est assez original dans le genre et change la vie des personnages (ceux qui font des voyages spatiaux réguliers perdent peu à peu leur entourage) !

Et puis il y a la mythologie de l’univers, les secrets et les motivations cachées qu’on découvre peu à peu !

 

 

Spoilers sur des points-clés de l’intrigue!

 

Le lecteur a un coup d’avance sur les protagonistes, étant donné qu’il a le point de vue de la soeur de l’Empereur au début du roman ! Je me suis très vite doutée qu’il y avait quelque chose de pourri au royaume de l’immortalité, surtout avec ce parasite qui influence le caractère et la personnalité des ressuscités !

J’ai adoré les manoeuvre politiques de Nara et de l’Empereur, c’est un vrai jeu d’échec (tout comme les stratégies de Zi, d’ailleurs) ! Les flash-backs sur la romance entre Zaï et Nara sont touchants et pas mièvres, et ils trouvent leur pleine justification avec la fin poétique et pleine d’ironie dramatique (avec son présage inversé), parce qu’on sait ce que donnera le lien entre Zai et Nara ! Cet amour finira par faire s’écrouler un Empire millénaire…
J’aime cet humanisme au milieu du cynisme politique de l’Empereur (et son orgueil) et l’aspect assez froid des Rix et d’Alexander !

 

 

Conclusion :

Un space-opera à la fois épique et humain, moins mystique que ceux de Bordage mais qui interroge de manière intelligente sur l’évolution de l’humanité et dans lequel on suit des personnages sympathiques et variés ! A lire pour tous les amateurs du genre !

Publicités

11 Réponses

  1. Raaaaa que ça fait plaisir de lire que tu n’as pas été déçue! J’ai découvert Westerfeld avec cette oeuvre et tout lu (sauf les midnighters en fait, trop « ado » -) et cela reste mon oeuvre favorite de cet auteur !

    J’ai adoré l’iontro avec ce combat de nano vaisseaux piloté depuis l’espace comme un jeu vidéo réel et je garde, outre cette scène proprement hallucinante) tout un tas d’images et de souvenirs très positifs de tous les tomes, en plus j’adore la hard science et les regards de ce côté m’ont enchantées eux aussi ^^

    j’ai aussi adoré l’univers, les enjeux et les personnages! Ce roman m’avait transporté comme peu depuis un moment et je l’ai trouvé très original par ailleurs, novateur!

    Bref, j’abonde dans ton sens ^____^

  2. Ahhhh un nouveau livre à mettre à ma liste d’envies ! Dire que j’attends que ma PAL baisse, et vu mon rythme jvais rien pouvoir m’acheter avant Noël !! gniii XD

  3. c’est encore moi XD : dis sur le cafard cosmique et noosphère ils conseillent « l’IA et son double » du même auteur, apparemment une pépite. Tu connais ?

  4. HKo : oui, ça risque aussi de devenir mon oeuvre favorite, j’ai adoré Leviathan, mais le côté ado me parle moins, forcément !
    En général je déteste la hard-science, mais là ça passe mêlé avec les autres éléments !
    Et j’avoue que la fin de la scène d’intro est réussie et surprenante, c’est juste les termes techniques qui m’ont un peu paumés (d’autant plus que je l’ai lu en VO) !

    Bref, j’ai moi aussi été transportée et j’ai hâte de lire la suite !

    Lael : si tu aimes le space-op’, il est vraiment à mettre en haut de ta liste ! 🙂

  5. Lael : non, mais je le note tout de suite !

  6. J’ai adoré l’IA et sondouble, et en SF adulte je trouve Westerfeld éblouissant, mais bon, il verse + dans la littérature jeunesse, VèVirus aussi (si c’ets bien celui avec les chapitres vie des parasites) m’avait plu +++ mais je ne suis pas sure du titre (enfin que ce ce soit ce titre là je veux dire) Uglies/pretties etc sympa et agréable mais très ado tout de même mais de bon niveau. Minighters dans la même veine, très convenu du coup j’ai stoppé au er tome. Léviathan, je lis en VF, j’aime beaucoup et retrouve un peu de la « folie » de westerfeld dans l’univers avec des persos toujours bien rendus et « vivants ».

  7. ça donne vraiment envie d’essayer, il y a un sacré bail que je n’ai pas versé dans le space-opéra ! la 1ere fois c’était avec Lois McMaster Bujold et là grâce à toi je crois bien que je vais tenter ce nouvel (pour moi) auteur

  8. Contente qu’il t’ait plu, ça a été une très bonne lecture estivale pour moi l’an dernier ^^
    Faudra que je me penche sur l’IA et son double, c’est bientôt le seul que je n’ai pas lu de cet auteur…

  9. Vert : oui, après avoir lu la suite, je vais sûrement me pencher sur ses autres livres de SF adulte ! 🙂

  10. […] ! La hard science, c’est vraiment pas mon truc, il n’y a que Westerfeld et son Risen Empire qui a réussi à faire passer la pilule scientifico-scientifique […]

  11. […] The Risen Empire de Scott Westerfeld : voilà un superbe space-opera qui n’a pas peur non plus de l’aspect scientifique du […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :