Top 10 Tuesday des livres que tout le monde a aimé sauf vous !

Le sujet de ce top (idée de The Broke and The Bookish reprise par Iani en français) m’a tout de suite parlé, j’ai souvent des goûts minoritaires, même sur la blogosphère et les forums…et puis, de manière moins avouable, il y a une certaine schadenfreude à parler de choses qu’on n’a pas aimées ! Voici donc les livres reconnus auxquels je suis resté hermétique, voire que j’ai détestés…

1)  Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley : tout le monde en parlait comme un classique de la SF, une superbe anticipation…j’ai absolument détesté ! C’est mal écrit, les personnages sont tous détestables ou pathétiques et la fin m’a horripilée (j’ai encore plus détesté le protagoniste que je trouvais déjà pleurnichard et passif…) ! Il y a quelques bonnes idées égarées au milieu de ce fatras, mais c’est un livre mal écrit avec des personnages pas du tout attachant ! J’ai du mal à comprendre son statut de classique, encore plus que pour 1984 !

2)1984 de George Orwell : contrairement au précédent, je comprends l’intérêt intellectuel de 1984 et je reconnais que l’univers créé par l’auteur est glaçant et efficace ! Mais là aussi j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages, et l’ambiance désespérée m’a rebutée !

3) La horde du contrevent d’Alain Damasio : c’est un des livres-phares de ces dernières années dans la sphère SFFF, donc je l’ai acheté, naturellement ! J’ai mis des mois à le finir : l’écriture est très expérimentale et souvent illisible, les personnages sont très nombreux et on a du mal à les reconnaître ! Et là aussi j’ai détesté la fin qui m’a donné l’impression d’avoir totalement perdu mon temps !

4) De grandes espérances de Charles Dickens : le seul Dickens que je n’ai jamais réussi à terminer ! Là encore, j’ai eu du mal à accrocher aux personnages : Pip est trop naïf, Estella trop cruelle et l’ambiance trop sombre à mon goût !

5) Rosa Candida d’Audur AvaOlafsdottir: voir ma critique complète ici ! Un livre de littérature générale avec un grand succès public et critique. J’avoue que j’ai du mal à comprendre…c’est un livre où il ne se passe presque rien, où le protagoniste passe son temps à nous raconter ses fantasmes sexuels, on ne sait jamais vraiment où on est et il y a des moments où on flirte avec le fantastique, mais globalement c’est un livre trèèèèèès contemplatif ! Et la fin est juste bizarre, je m’attendais à autre chose et j’ai eu l’impression que le coup de théâtre final sortait de nulle part !

6) Parlez-leur de batailles, de rois et d’éléphants de Mathias Enard : Encore un livre de littérature générale (critique complète ici)j’avais adoré le Goncourt lycéen précédent (Le club des incorrigibles optimistes) et j’ai donc emprunté celui-là à la bibliothèque sans hésiter, d’autant plus qu’il ne faisait que 150 pages ! Malheureusement, j’ai eu l’impression d’en lire 10 fois plus (j’ai mis une semaine à le finir) ! Il s’agit d’un mélange de guide du routard bateau sur l’Istanbul du XVIème siècle et d’une pseudo-conspiration qui se règle en deux coups de cuillère à pot ! Michel-Ange reste presque totalement extérieur aux deux aspects et est en plus un personnage désagréable et assez fermé ! C’est peut-être réaliste, mais ça ne fait pas un bon roman à mes yeux ! Et la fin est à l’image du livre…

7) 13 petites enveloppes bleues de Maureen Johnson : un livre ado dont je n’avais entendu que du bien sur un forum littéraire et sur la blogosphère ! Mais je n’ai pas été convaincue : si ma lecture n’a pas été pénible, je suis restée en-dehors de l’histoire et j’ai trouvé l’héroïne agaçante (immature, et tour à tour trop timide ou trop impulsive) ! Et la fin était banale, rien de très surprenant…

8) Au bonheur des dames d’Emile Zola : il faut savoir une chose : je déteste Zola (et le naturalisme/réalisme en général) depuis mes cours de français du lycée ! Mais il y a 2 ans, des tas de lectrices m’avaient conseillé ce roman pour me réconcilier avec l’auteur, en me vantant la romance présente et la fin pas totalement désespérée… Je l’ai lu et je dois admettre que c’est le moins pire des Zola que j’ai lu jusqu’à maintenant.Cependant, l’ambiance générale reste déprimante avec un monde du travail très dur, des petits magasins qui ferment, un homme qui est très proche de l’abus de pouvoir…et je n’ai pas trouvé la romance très swoonante (contrairement aux classiques anglais) et la fin à ce sujet a franchement un goût de trop peu !

9) Gatsby le magnifique Scott Fitzgerald : lu (et fini) dans le cadre d’un challenge. C’est bien écrit et l’auteur dénonce bien l’hypocrisie de la « bonne » société américaine, mais j’ai le même problème avec le roman qu’avec que les tragédies raciniennes : on voit tout arriver à des kilomètres et les personnages sont malheureux par leur propre faute ! Ils pourraient avoir une chance d’être heureux s’ils osaient un peu plus ou qu’ils ouvraient les yeux sur la personnalité de l’autre, mais noooooon, c’est tellement mieux de rester malheureux le restant de sa vie !

10) Poussière de Rosamund Lehman : là encore, le livre est bien écrit, mais le rythme indolent est à l’image de l’héroïne, éternelle oie blanche jusqu’à la toute fin du livre et incapable de se débarrasser de son obsession malsaine pour ses anciens voisins…Je crois que c’est la personnalité de l’héroïne qui m’a empêchée d’apprécier l’histoire, c’est dommage, il y avait une belle ambiance d’époque !

Voilà, je m’arrête là pour ce top ! Vous pouvez aussi aller voir celui d’Olya sur le même sujet !

Publicités

20 Réponses

  1. Viens là, je déteste Zola, il présente la vie comme une chose atroce et triste et pessimiste. La vie n’est ni toute rose ou toute noir !

  2. Pas d’accord avec ton 6, 8 et 9. Et les autres, je ne les ai pas lus…
    A++

  3. Contrairement à toi j’adore Zola (mais je suis historienne donc ça joue forcément) et je dois dire que j’adore Au bonheur des dames. Maintenant je comprends qu’on puisse ne pas aimer, moi j’en retiens la description du linge et du grand magasin et l’histoire d’amour surtout.

    Je te comprends pour Gatsby et 1984. Ce sont des romans difficiles à comprendre/apprécier/Aimer même si on leur reconnait une valeur intrinsèque.

    Je dois dire que vraiment le lire que j’ai détesté alors que tout le monde aime autour de moi c’est A la croisée des mondes de Pullman…(personne n’est parfait :D)

  4. Je m’aperçois que je n’ai rien lu de tout ça… Mais j’ai des expériences semblables avec The Grass is Singing de Doris Lessing (humph… ), Fondation d’Asimov et et surtout Le nom du Monde est Forêt de Ursula Le Guin : je crois que c’est l’un des livres que je déteste le plus, pour son discours caricatural et simpliste. Après, comme je lis rarement des « classiques », il me serait difficile de réunir dix titres !

  5. La petite serievore : n’est-ce pas ? Les cours de français m’ont fait détester toute la seconde moitié du XIXème siècle français : nos auteurs manquent cruellement d’humour pour adoucir leurs dénonciations…

    Syl : ça ne m’étonne pas ! Mais j’assume pleinement mes mauvais goûts (j’ai du mal avec les classiques français et les auteurs qui se concentrent davantage sur le style que sur le fond) ! 😉

    Perséphone : bah je ne suis pas très vêtements et grands magasins, donc les descriptions ne m’ont pas parlé plus que ça ! Et l’atmosphère reste globalement très pesante, même l’histoire d’amour n’apporte pas vraiment de légèreté pour moi, je n’ai pas accroché plus que ça au couple…

    milathea : comme tu le vois, moi non plus je suis loin d’accrocher à tous les classiques (sauf les classiques britanniques que j’adore en grande majorité !) ! J’en ai lu quelques-uns par curiosité intellectuelle et d’autres dans le cadre de challenge !

  6. Pour le 3) j’ai trouvé le marque-page fourni avec l’édition poche (donnant pour chaque personnage le symbole et la fonction) très pratique, sinon effectivement c’est parfois dur à suivre. Je ne sais pas si il était fourni systématiquement ?

    Par contre la fin si je me souviens bien est sous-entendue dans le premier tiers, explicitée dans le second et martelée dans le dernier. En fait ce n’est pas l’intérêt du livre, qui réside plus à mon humble avis dans les personnages et leurs relations.

  7. Imryyan : non, je n’avais pas le marque-page, pourtant j’avais l’édition poche…
    Sinon, tu as sans doute raison au sujet de la fin, maisle style expérimental m’a empêché d’accrocher aux personnages, du coup j’espérais malgré tout que la fin me plairait, même si je me doutais de la manière dont ça allait se terminer…je n’aime pas les fins absurdes et pessimistes !

  8. Oh, ça m’étonne que tu n’ai pas apprécié Gatsby le Magnifique. ça a été un véritable coup de coeur pour moi, mais c’est vrai qu’il y a des livres comme ça, qu’on n’a pas aimé alors qu’ils font l’unanimité. Pour ma part, c’est Allah n’est pas obligé !

  9. Sybille : Gatsby n’était pas le pire, il restait lisible, c’est pour ça qu’il est en fin de liste ! Il est intéressant intellectuellement, mais j’ai toujours eu du mal avec les personnages qui font leur propre malheur…

  10. Je n’ai pas lu grand chose de ce que tu proposes, mais tu viens de me déprimer avec le Damasio x) Il sortira vraiment jamais de ma biblio. Mais tu as mis DES mois pour le lire ! AHHH ! 😛

  11. Olya : oui, je l’ai lu par petits bouts, en me forçant à le finir vu toutes les super critiques autour de moi, je me disais que je devais passer à côté de quelque chose !

  12. Bah la Horde on adore ou on déteste, en tout cas ça laisse pas insensible.

    en tout cas je suis bien d’accord avec toi pour le meilleur des mondes !

  13. (après avoir lu les com) : heu la fin de la Horde n’est pas du tout absurde. Surprenante et choquante, mais logique (si ce n’est la topographie des lieux que je n’arrive désespérément pas à visualiser, mais n’en disons pas plus ça serait spoiler).
    Très étonnant que tu n’ai pas eu le marque page ! c’était une occaz ? il me semble qu’il y a tjs le marque page en poche, et qu’il est dans un rabat de couverture pour le grand format. C’est indispensable pour aider à bien suivre.

    sinon si je devais faire le top (enfin flop) je mettrai : le meilleur des mondes donc, mais aussi l’anneau-monde de Nirven, les Princes d’Ambre, à la poursuite des slans, et -attention je vais en choquer plus d’un- Dune ! En ‘pas classique’ il y a aussi Coeur de Jade.

  14. Lael : je me suis mal exprimée. La fin est logique du point de vue narratif, d’ailleurs, je ne l’ai pas trouvé surprenante et je craignais que ça fibnisse comme ça quand j’étais dans la seonde moitié du roman. Par contre, elle est absurde et amère pour les personnages, elle nie le sens de leur quête à mes yeux, et c’est le genre de choses que j’ai du mal à supporter dans un livre ! Je ne sais plus pour le marque-page, il me semble que je l’avais acheté neuf, mais ce marque-page ne m’évoque rien…il faut dire que j’ai toujours du mal à m’arrêter au milieu de l’histoire pour revenir à une liste de personnages : si ça se trouve, je ne m’en suis pas servi !

    Pour Dune, j’avais veaucoup apprécié le premier tome sans que ça soit un coup de coeur absolu, le deuxième tome se lisait encore, mais ensuite, ça devient lourd, complexe et illisible, je suis d’accord !

  15. Les quelques livres que j’ai lus dans cette liste sont des livres que j’ai aimés à l’exception de Gatsby le magnifique que je n’ai pas réussi à finir, et sur lequel je te rejoins complètement.

    La Horde du Contrevent m’a fasciné ; 1984 m’a glacé. Mais ce sont deux livres qui ont compté pour moi.
    Pour Zola, je suis un peu biaisée comme Perséphone, au sens où mon côté historienne et surtout spécialisée dans cette période, fait que j’ai un faible instinctif pour tous les auteurs du second XIXe siècle. Mais Au Bonheur des Dames m’a toujours semblé le plus accessible des Zola, et j’en gardais le souvenir de ces longues descriptions d’étoffes et prémices de grands magasins que j’aimais beaucoup. (Et pourtant c’est un livre que j’ai étudié au lycée ^^’)
    Je suis beaucoup littérature française qu’anglaise concernant le XIXe siècle. Mais je pense que ça tient au fait qu’on ne cherche pas la même chose dans ces livres : je suis très peu romance, en revanche, beaucoup plus intéressée par la dimension sociale et historique. 🙂

    Sinon, pour rester dans les confidences, dans les « classiques », j’avoue que la Roue du Temps de Jordan ou les Princes d’Ambre de Zelazny sont des incontournables que je n’ai jamais réussi à apprécier.

  16. Livia : ça ne m’étonne pas, je suis particulièrement difficile en matière de littérature blanche et j’aime rarement les livres encensés par la critique !

    En fait, j’aime qu’on me raconte des histoires qui vont me faire rêver, m’emporter…j’aime aussi quand elles font réfléchir, mais ça reste secondaire pour moi ! Ca explique ma répulsion pour les livres qui se basent presque uniquement sur le style (La Horde, Parlez-leur…) ou qui n’offrent aucun espoir…

    Après, je sais que la période de la Révolution industrirelle est passionante au niveau historique et je trouve que Zola est un excellent journaliste : j’adore son J’accuse, par exemple. Mais pour moi, il aurait mieux fait d’écrire des essais : je ne recherche pas forcément la romance dans le livres, mais il me faut du romanesque !

    J’aime les romans historiques à la Ken Follett, ceux qui ont un souffle épique, des personnages humains mais attachants ou détestables…ça ne me dérange pas que les protagonistes en bavent tout le long du livre, mais je veux que ça finisse bien pour eux, ou au moins qu’il y ait une lueur d’espoir, sinon j’ai un peu l’impression d’avoir perdu mon temps ! En plus chez Zola on sait déjà que tout finira forcément mal pour les personnages, je ne vois pas l’intérêt de lire l’histoire, autant lire un documentaire sur le problème social dénoncé…je dois sûrement choquer des tas de littéraires en disant celà, mais bon, comme je le disais, je suis une fervente adepte de l’escapism en fiction ! Ma mère me dit que j’ai une vision d’enfant de la lecture, mais tant pis, j’assume !

    De plus, les auteurs anglais dénoncent la misère, mais ils arrivent à faire passer cette noirceur avec leur humour : je pense notament à Dickens ! Avoue que Zola n’est pas vraiment drôle…
    J’apprécie d’apprendre des choses sur les apsects sociaux et historiques d’une époque, mais il me faut une bonne histoire et des personnages charismatiques pour me divertir en même temps !

    Voilà, désolée pour le pavé, mais je voulais expliquer mes griefs personnels contre Zola et les naturalistes/réalistes en littérature qui m’ont faits souffrir au lycée et représentent un peu l’antithèse de tout ce que j’apprécie en littérature !

    Enfin, je te rejoins totalement sur Les Princes d’Ambre! Quant à La Roue du Temps, j’avais bien aimé le début mais ça s’éternise ensuite pendant des milliers de pages où il ne se passe presque rien, ça m’a lassé très vite !

  17. Pour la fin de la Horde : non, elle ne nie pas du tout leur quête, c’est au contraire la quête ultime, même si du point de vue du personnage c’est affreux. (léger spoil : c’est la neuvième, ou dixième forme du vent je ne sais plus, qu’ils vivent.)

    La roue du temps j’ai lu les premiers tomes, ben disons que comme dans pas mal de grands cycles de fantasy j’ai bcp de mal parce que j’en enlèverais la moitié ! La fantasy je la lis mieux quand elle se contente d’une trilogie, ou des one shot. La seule exception étant le cycle de Pern.

  18. lael : je pense que c’est le problème en fait, je me place du point de vue des personnages et j’ai donc du mal avec cette fin. Narrativement, oui elle est tout à fait logique et bien amenée.

    D’accord avec toi pour la Roue du Temps. Après, pour les cylces ça dépende : as-tu lu l’Assassin Royal et Les Aventuriers de la Medr de Robin Hobb ? C’est un long cycle, mais je ne me suis pas ennuyé une seconde !

    • en cycle fantasy j’ai lu la Belgariade… et euh Pern, en fait c’est tout en loooongue série (en rajoutant le semi-échec de la roue du tps). J’oubliais Pratchett XD Après j’ai lu le cercle de Ji de Grimbert, la trilogie du phoenix de Simonay, deux tomes de la romance de ténébreuse… et après c’est des one shot.

      Il me semble que l’histoire de l’assassin et des aventuriers ne me tente pas plus que ça. Et puis voilà en ce moment je me remet à la fantasy aussi, alors que je suis bcp plus SF à la base, et je trouve bien mon bonheur dans les trilogies. J’attends aussi que ma bib acquiert le tome 1 du trone de fer pour commencer la saga, histoire de faire une nouvelle tentative avec les longues sagas, vu qu’il est assez unanimement donné comme la meilleur saga fantasy.

      Mais qui sait, lorsque j’aurai envie de plus de fantasy et que ma PAL pourra accueillir des nouveautés je m’essayerais ptet à ça en effet. Y’a pas des dragons dans le cycle de Hoob par hasard ? Parce que là t’es sûr de me convaincre XD Enfin presque, faut qu’ils soient gentils XD

  19. J’adore le Trône de fer, mais je crois que j’ai une toute petite préférence pour le cycle de Hobb ! Peut-être parce que je l’ai découvert en premier ou pour son ton moins sombre ! Et puis, j’adore Martin, mais il y a quand même des longueurs dans les tomes 4 et 5 de son cycle…

    Et oui, il y a des dragons qui apparaissent, mais il faut un peu de patience !Mais ils ne sont ni gentils, ni méchants, il sont intelligents et non-humains, c’est tout ! Si tu as un peu de temps, je te conseille vraiment la série !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :