Our Mutual Friend de Charles Dickens

J’ai enfin terminé le roman ! C’est donc ma seconde participation au challenge Charles Dickens !

Pourquoi ai-je mis autant de temps ? Ce ne sont pas les 800 pages qui m’ont freinée, mais le fait de déjà connaître l’intrigue principale (j’ai vu l’adaptation de la BBC avant) ! Mais le roman reste intéressant à lire. Ah, si vous avez la même édition que moi, ne lisez pas le quatrième de couverture qui donne un gros spoiler qu’on n’apprend qu’à la moitié du livre (mais personne ne lit Dickens pour le plaisir, n’est-ce pas, donc ce n’est pas grave si on connaît l’histoire ! ) !

Synopsis :

John Harmon rentre en Angleterre pour toucher un héritage important de la part de son père, un homme froid et égoïste. Mais l’héritage vient avec une condition : il doit épouser une jeune fille pauvre (Bella Wilfer) pour y avoir droit. De leur côté, les contremaîtres du vieil homme ont droit à un petit héritage qui leur permettra une retraite confortable. Mais dès le début du livre, tout est bouleversé : le corps de John Harmon est repêché : il a apparemment été tué pour son argent. On soupçonne l’homme qui a ramené le corps, ce qui aura des effets sur sa famille…

L’intrigue du roman est foisonnante mais a toujours un rapport plus ou moins lointain avec la mort de John Harmon.

Si le suspens n’était pas présent, j’ai vraiment apprécié d’avoir une intrigue secondaire beaucoup plus développée avec les Lammle et Fledgeby ! La caricature de la haute société, de sa vacuité, du règne des apparences…est féroce et drôle !

Les personnages de cette intrigue m’ont beaucoup plu : Mme Lammle est un peu plus nuancée que dans la série, Podsnap qui incarne les valeurs victoriennes les plus hypocrites et conservatrices, Mr Twemlow naïf mais attachant…

J’ai vraiment beaucoup aimé cette partie-là !

Spoilers sur un des points-clés de l’intrigue

Les personnages de l’intrigue principale sont assez sympathiques aussi, mais il y a un aspect qui m’a agacée (il m’avait déjà agacée dans la mini-série d’ailleurs) : le fait que John se donne le droit de garder son secret envers Bella même après avoir été marié pour le simple plaisir de montrer aux Boffin à quel point Bella était amoureuse de lui, confiante et quelqu’un de bien après la leçon reçue ! Et Bella qui ne fait pas un reproche à son mari quand elle apprend enfin sa véritable identité ! Il y a une misogynie latente (une femme doit obéir à son mari et lui faire confiance quelles que soit les circonstances) des plus déplaisantes ! Et je préférais la Bella ambivalente (bon coeur mais un peu orgueilleuse et superficielle) que la bonne poire qu’elle devient !

Et certains personnages secondaires m’ont vite lassée : je pense notamment à Mme Wilfer et Lavinia, insupportables d’orgueil et de vacuité et dont la caricature est répétitive !

Quant à Eugene et Lizzie, leur intrigue se laisse suivre (et Bradley Headstone est un personnage torturé intéressant). J’ai trouvé Charley Hexam aussi abominable et égoïste que dans la mini-série !

 Les méchants sont très réussis, par contre ! J’ai aimé les détester tous autant qu’ils étaient : Bradley Headstone pathétique, Riderhood détesble et machiavélioque et Silas Wegg affreux hypocrite…

J’ai bien aimé la fin du roman et son ironie sur le jugement de la « bonne société » !

Conclusion :

Il s’agit d’un roman complexe où plusieurs intrigues se mêlent. J’ai préféré la vision sarcastique mais réaliste de la haute société et ses personnages aux deux intrigues principales, pour la bonne raison que je trouve qu’il y a une certaine misogynie dans l’intrigue de Bella qui m’a agacée et ralentie dans ma lecture ! Dickens reste un homme de son époque…

Nous avons également là une vision de tous les milieux sociaux (ou presque) de l’époque, une fresque sociale du Londres victorien assez fascinante ! Un roman qui a ses défauts (et quelques longueurs), mais qui a des fulgurances et que je recommande, surtout aux fans de Dickens et de son humour (très réussi ici) !

Publicités

3 Réponses

  1. Bah si on peut lire Dickens pour le plaisir 🙂

  2. Je sais bien, c’était ironique, c’est juste que cette pratique de raconter l’histoire des classiques m’énerve !

  3. Je l’ai beaucoup aimé, ce roman. Mais je n’ai pas encore vu l’adaptation, par contre… qui est dans ma pile depuis une demi-éternité. Charlie forever!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :