JDR steampunk Château Falkenstein

Pour ma première participation au défi steampunk (en catégorie « Gentlemen » BD et JDR), j’ai choisi de vous parler d’un médium peu connu : un jeu de rôle. Château Falkenstein (sorti en 1994) se déroule en effet dans un univers 100% steampunk ! C’est le premier JDR que j’ai masterisé sur la durée avec ma toute première campagne construite ! Ça a aussi été mon premier vrai contact avec le steampunk !

Univers :

Le livre nous présente ce monde au travers des yeux de quelqu’un de notre monde qui s’y retrouve transporté accidentellement ! Il nous raconte son histoire (l’éditeur a reçu un « mystérieux paquet » avec le manuscrit du livre un beau matin…), nous plonge peu à peu dans cet univers si proche et si lointain du nôtre !

Cette dimension parallèle est en retard par rapport à la nôtre et on y est encore à la seconde moitié du XIXème siècle. La Révolution Industrielle bat son plein, et les ingénieurs sont entichés de la vapeur ! Il y a d’ailleurs des savants fous qui créent des machines infernales…

Mais ce n’est que le sommet de l’ iceberg ! En effet, la magie existe, et les faë aussi ! Les Dragons ont évolué durant la préhistoire et sont également d’excellents magiciens. Cela a naturellement bouleversé l’équilibre géopolitique : les Etats-Unis sont divisés en trois pays, la Chine est dirigée par des dragons…En Europe, Napoléon III est toujours au pouvoir grâce aux gigantesques canons de son ministre Jules Verne !

En effet dans ce jeu, on peut croiser des figures historiques légèrement différentes de ce qu’elles ont été chez nous (souvent plus aventureuses, et surtout les personnages de fiction de cette époque existe,t réellement ! Ainsi, Jules Verne s’est contenté de retranscrire ce que lui a raconté le Capitaine Nemo ou Phileas Fogg et Conan Doyle est le nom de plume du Du Docteur Watson !

Avec un tel univers, on peut donc explorer tous les aspects du steampunk : révolution industrielle et misère, machines infernales et inventions improbables, clins d’œil historiques et fictionnels, sociétés secrètes et magie…

Le jeu est aussi prévu pour être joué dans une atmosphère flamboyante et haletante (comme les romans-feuilletons de cette époque !), et il y a une atmosphère d’aventure et de cape et d’épée modernisée, un côté Alexandre Dumas fort appréciable ! On joue en effet des héros contre de grands méchants (qui veulent souvent conquérir le monde !), avec sauvetages de dernière minute et monologue du méchant expliquant son plan !

Mais c’est ce qui est prévu par le livre de base, on est dans un JDR et si le MJ et les joueurs souhaitent une ambiance sombre et réaliste ou jouer des méchants, rien ne leur interdit !

Système :

Passons maintenant aux règles du jeu. Il est original par rapport à la majorité des jeux de rôle : on y joue avec des cartes ! Chaque talent (compétence large) qui en découle est associé à une couleur de carte. Au début du scénario, les joueurs piochent 4 cartes. Ils doivent s’en servir pour leurs actions. S’ils n’ont pas de cartes de la bonne couleur pour l’action voulue, ils peuvent s’en servir, mais la carte n’ajoutera qu’un bonus de +1. Il y a également un système de « jokers » (autre paquet de cartes) pour les cas désespérés !

Le problème, c’est que certains de mes joueurs sont malchanceux et n’avaient jamais les bonnes cartes. Ils sont aussi malchanceux avec leurs dés, mais ils ont l’espoir de réussir à chaque jet ! Et le fait d’avoir les cartes en main dès le début du scénario apporte un aspect stratégique qui n’a pas convaincu mes joueurs qui préfèrent le frisson du jet de dés.

Bref, un copain connaisseur de systèmes de règles (et optimisateur sur les bords !) m’a bricolé un système-maison où l’on se sert de tous les dés (D4 à D20) suivant ses compétences. Il est assez proche de celui de celui du JDR Serenity d’ailleurs !

Il fonctionne assez bien, même s’il laisse sans doute les Pjs monter un peu vite en puissance ! On a quand même gardé le système des jokers !

Autre souci : les faë et les dragons sont une idée très sympa sur le papier, mais ils déséquilibrent une table de JDR. Leur magie est nettement plus puissante que celle des humains, ils peuvent passer à travers les murs facilement (ou les détruire pour les dragons !)…

Les Faë ont bien une faiblesse, une vraie kryptonite : le « fer froid », métal provenant de météorites et qui les tue très facilement (ils sont déjà un peu plus sensibles au fer). Mais bon, c’est censé être très rare, et à moins de faire des chutes de météorites régulières à la Smallville, ce n’est pas très crédible d’en avoir à chaque scénario ! C’est exactement le même problème que la kryptonite !

C’est pour cette raison que pour mes prochains scénarios CF (peut-être campagne ?), j’ai interdit les faë et dragons à ma table !

Le jeu n’a plus de suivi professionnel, mais on peut encore se procurer quelques suppléments (machines de l’ère de la vapeur, supplément USA, L’Empire Ottoman…) du jeu ou de son adaptation au système GURPS ! Et on a pas mal de conseils de romans, Bd, films… dans l’esprit victorien et steampunk ! Et il y a des productions amateures de qualité sur la Scénariothèque et une mine de renseignements, scénarios, règles-maison sur LE site français sur Falkenstein (intitulé sobrement « Château Falkenstein » !).

Conclusion :

Excellent JDR (il a d’ailleurs remporté un prix en 1994 !) qui rend très bien le genre steampunk sans sa diversité et permet de croiser des figures historiques, des personnages de romans tout en déjouant les complots de sombres sociétés secrètes de magiciens ! Si l’ambiance est prévue pour être flamboyante et manichéenne, rien ne vous empêche de jouer des scénarios sombres.

Quant au système de jeu, il est particulier mais on peut facilement trouver un autre système (à commencer par l’adaptation GURPS). Le seul souci réel pour moi, c’est la puissance des créatures magiques : il faudrait que je réfléchisse à les limiter au niveau des règles !

Enfin, même pour les non-rôlistes, l’ouvrage peut se révéler intéressant : la présentation sous forme d’aventure vécue par Tom Olam est très agréable à lire et le livre retranscrit bien les particularités du steampunk. On y trouve aussi de nombreuses idées de romans, BD ou films à voir pour s’en inspirer !

Une réussite !

Publicités

5 Réponses

  1. ça donne vraiment envie d’y jouer. En tant que débutant du JDR, ça serait génial de trouver un MJ qui puisse nous faire voyager dans ce monde vraiment sympa avec une touche « impériale » qui manque souvent au steampunk.

    Passe sur mon blog dans quelques temps, il y aura du JDR steampunk qui devrait te plaire ^^

  2. Merci !
    Pour trouver des MJ et des joueurs, tu peux essayer d’aller sur la FFJDR (ils ont un annuaire des associations) !

    J’ai hâte de voir ton JDR steampunk ! 🙂
    Quant à moi, j’ai un roman lu à chroniquer et j’ai acheté 3 BD steampunk (historique, dystopique et aventure) pour poursuivre mes découvertes !

  3. Très bonne chronique pour un médium qui m’est inconnu, malheureusement. J’ai dû faire trois parties de JDR, en 1994 justement !
    Merci pour l’adresse !

    A.C.

  4. A.C de Haenne : merci ! Si tu as l’occasion de te lancer dans ce médium, fonces, tu ne le regretteras pas en tant qu’amateur d’imaginaire !

  5. […] de Griffont et Isabelle ! Cet univers m’a d’ailleurs redonné envie de masteriser du Château Falkenstein (peut-être à la Belle-Epoque ?) pour faire vivre de nouvelles aventures à mes […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :