Cygnis de Vincent Gessler

Ah, voilà un bon roman de SF, assez inclassable ! Il a d’ailleurs été sélectionné pour le Grand Prix de l’Imaginaire de cette année !

L’histoire :

Syn est trappeur dans un monde dangereux, accompagné de son seul compagnon, un loup nommé Ak. Il aime la solitude, mais rejoins de temps en temps ses semblables dans des cités où il trouve de la compagnie et du réconfort. Mais le monde est en train de changer, il y a des crimes étranges et les tensions montent entre deux ethnies…

Je reste volontairement vague pour vous laisser le plaisir de découvrir cet univers au travers des yeux de Syn ! L’écriture est simple mais prend parfois des accents poétiques et le présent fonctionne très bien pour le récit raconté.

Le récit est efficace : en 200 pages, il se passe beaucoup de choses, on n’a pas le temps de s’ennuyer !

L’univers est aussi intéressant, avec une atmosphère originale : on a des accents sauvages (presque préhistoriques) avec la vie de trappeur de Syn, tout en ayant une ambiance plus « civilisée » mélange d’antiquité et de moyen-âge dans les villes. Et bien sûr, on comprend assez rapidement qu’on est dans un monde post-apocalyptique avec les robots et les ruines !

Spoilers

J’aime bien les personnages principaux du roman : ils sont tous très humains et imparfaits, ils ont tous leurs secrets et leurs défauts ! Pour ma part, j’avais très vite fait le rapprochement entre le nom du héros et le titre du roman, et je m’étais demandé au début s’il était pleinement humain vu ses capacités, donc les révélations de la fin ne m’ont pas choqué outre mesure, mais elles sont bien amenées, tout comme la crise d’identité » de Syn. Bon, j’ai toujours du mal avec les coups de
foudre , mais on va dire que vu la violence du monde, ça se justifie un peu.

Même après le cataclysme, les humains gardent leurs mauvais côtés, ça reste réaliste de ce point de vue là, mais aussi leur capacité à rebondir et s’adapter, la possibilité d’une rédemption.

J’ai bien aimé que l’auteur utilise le cliché des robtos-tueurs en le justifiant et en le renversant de manière plutôt original (même si Asimov avait exploré cet aspect-là) : si les robots avec une programmation obsolète sont dangereux, d’autres (les plus avancés) se révèlent être la clé d’un renouveau de la civilisation, des anges-gardiens des humains (y compris contre eux-mêmes).

Conclusion :

Un roman prenant dès la première page, avec des personnages imparfaits et émouvants. L’atmosphère est un mélange de violence et de poésie, créée par la jolie plume de l’auteur. Et on a une vraie fin, tout à fait satisfaisante (même si on pourrait éventuellement continuer à explorer cet univers) ! Un roman de science-fiction réussi et envoûtant ! Il mérite amplement sa nomination !

Publicités

4 Réponses

  1. Je pense qu’il est bien vu ce que tu en dis mais les ambiances post-apocalyptiques, j’évite car trop angoissant pour moi! ^ ^’

  2. Bah, l’ambiance n’est pas super lourde non plus, ça se passe plusieurs siècles après la catastrophe ! Bon il y a de la violence et l’haminité reste ce qu’elle est, mais ce n’est pas une ambiance d’apocalype zombie ! 😉

  3. […] présenté au comité SF de juin et il m’intrigue beaucoup ! Et puis, j’avais adoré Cygnis du même auteur […]

  4. […] arrivé relativement récemment dans l’univers de la SFFF (il s’est fait connaître avec Cygnis) mais il s’est déjà fait remarqué avec ses deux romans : ils ont tous les deux eu de très […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :