Pauline Alphen : Les Eveilleurs

Les-eveilleurs-couverture.jpgeveilleurs1.gif

eveilleurs2.jpg

 

Ça y est, j’ai fini le tome 1 (relecture) et le tome 2 ! Je vais donc finalement vous parler de ceunivers de science-fantasy qui m’a conquise ! J’ai découvert le premier tome par hasard, il y a un an et demi, attirée par la couverture. Je vais me répéter, mais je trouve vraiment dommage d’avoir fait une nouvelle édition quasiment sans illustration. La première couverture était très évocatrice et a joué un grand rôle dans mon achat ! Je ne comprends pas
la décision d’Hachette …

Alors, qu’est-ce que ces livres racontent ? L’histoire commence dans un village (avec un château un peu biscornu) paisible, moyenâgeux et communautaire : Salicande. Les jumeaux Claris et Jad sont les enfants du Duc et grandissent doucement dans cet environnement propice sous la houlette de leur précepteur et de leur nourrice. En effet, leur mère (Sierra) a disparu dans des circonstances mystérieuses quand ils avaient 3 ans et leur père a réagi en devenant distant. Chacun a sa manière a occulté l’évènement pour continuer à vivre « normalement ». Mais des évènements se mettent en branle : dons d’objets interdits, cours d’histoire sur un passé mystérieux … et les choses seront de nouveau bouleversées. Qu’est-ce que la Grande catastrophe ? Et les Temps d’Avant ? Pourquoi Sierra a-t-elle disparu ? Et les jumeaux, quel sera leur rôle dans les événement à venir ?

Je reste volontairement assez mystérieuse afin de ne pas trop en dévoiler. C’est un des plaisirs du tome 1, de découvrir petit à petit ce qui s’est passé aboutir à cet environnement moyenâgeux. J’ai aimé cet univers à l’esthétique très fantasy mais qui se révèle en fait être mêlé à beaucoup d’éléments de SF ! La place importante de la lecture et de l’écriture (j’adore les carnets apocryphes de Sierra !), les multiples allusions à d’autres auteurs de fantasy (et quelques classiques), l’importance de l’imagination …tout ce côté méta-littéraire m’a vraiment plu. Quel plaisir de voir les auteurs de fantasy enfin considérés à leur juste valeur ! Et les personnages connaissent les canons du genre et se moquent parfois d’eux-même (Blaise et son allusion à Gandalf par exemple, ou la famille Borge, tous jedis !)). Bref, un gros plus pour tous les lecteurs avides de fantasy et de réflexion sur le rôle de la lecture et de la littérature ! L’auteur démontre une excellente connaissance du genre et lui rend ainsi un bel hommage.

Le seul bémol que j’émettrais concerne les « jeux de rôle » du roman : ce qui est décrit n’est pas tout à fait un vrai jeu de rôle pour moi, mais plus un wargame ou heroquest grandeur-nature ! En effet, les joueurs et même le MJ manquent de liberté, les dés décident de trop de chose et la présence permanente du plateau limite les actions ! Mais bon, c’est la rôliste en moi qui parle, ça reste mineur (et justifiable, le terme a pu être récupéré et changer de sens durant les Temps d’Avant).

L’écriture est belle aussi, poétique, avec des mots nouveaux mais facilement assimilables. Je me suis juste rendu compte que je n’aimais pas le verbe « rigoler » à l’écrit : pour moi, il appartient définitivement au registre oral et familier. Cette écriture permet de se faire emporter facilement dans cet univers fascinant, mélange de science et de magie/animisme.

Et puis, il y a un autre gros atout : les personnages ! Ils sont tous attachants, avec leurs qualités et leurs défauts, mais ils ne passent pas leur temps à se lamenter sur leur sort et tentent de comprendre et d’agir, ils sont tout à fait crédibles. Mais le personnage qui m’a presque immédiatement séduite, c’est Claris. Douze ans, garçon manqué (qui se plaint que les filles n’aient pas le droit de vivre des aventures, de se battre), lectrice avide, passionnée dans tout ce qu’elle entreprend, impulsive, têtue voire bornée, susceptible, sensible,
honnête …J’étais très semblable à elle à son âge !

Elle a donc été une porte d’entrée immédiate dans cet univers à la fois si différent et si proche du nôtre. J’ai adoré sa théorie des « PP », moi qui déteste les personnages passifs ! J’ai tout à fait compris sa colère qui dure dans la dernière partie (alors que j’avais trouvé Harry absolument imbuvable et stupide dans le tome 5, il provoque quand même la mort de Sirius par sa bêtise !), ayant eu des réactions semblables à son âge.

J’ai apprécié Jad, son côté introverti et réfléchi à l’opposé de sa sœur, même si sa tendance à être mystérieux peut être agaçante !

Le rythme de la saga est généralement assez paisible avec des moments de brusques accélérations. Cela ne dérange pas du tout : cela permet à l’auteur de prendre le temps de développer son univers et ses personnages, de ciseler ses dialogues … Le tome un se termine sur un coup de tonnerre et le tome deux va en explorer longuement les conséquences physiques, émotionnels, expliciter ce qui s’est passé… C’est clairement un tome de transition, mais réussi : on ne s’ennuie pas à voir les personnages gérer ce choc et réfléchir, émettre des théories… Et puis, l’auteur construit un autre monde (« Ailleurs ») avec un personnage qui s’y retrouve par accident. Je n’avais pas remarqué sur le coup, mais après réflexion, il s’agit probablement Spoilers d’Amazonia.
Cela expliquerait la réaction de Gabriel à la tentative d’approche de Jad ! La Claris du tome 1 m’a quand même manqué, j’espère la retrouvée, grandie prête à agir dans le tome 3 !
Il y a d’ailleurs de très beaux passages avec Jas et Ugh, même si certains moments m’ont parfois semblé un peu lent : je suis trop impatiente de comprendre et de voir les personnages se retrouver, à l’image d’Ugh !
Bref, un tome très réussi, même si le cliffhanger de fin est frustrant : je veux lire la suiiiiiite !! 😉

Les Éveilleurs constitue donc un univers de science-fantasy passionnant, rempli de clins d’œil au genre et à la littérature en général, au cinéma… avec en outre des personnages charismatiques et des mystères dévoilés petit à petit ! Une excellente série, son seul défaut étant de devoir attendre entre la sortie des différents volumes !

Publicités

Une Réponse

  1. […] Relecture des Eveilleurs de Pauline Alphen : oui, avec mes va-et-vient dans les transports et les livres laissés chez moi ou […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :