Jasper Fforde : la série des Thursday Next

logouchronie.jpg

 

Mon deuxième billet pour le challenge Winter Time et une occasion pour moi de vous présenter la série des Thursday Next, que je trouve absolument brillante ! Je viens de finir le deuxième tome, mais je vais vous faire une présentation et une critique des deux premiers tomes en même temps, ils sont trop liés pour qu’on puisse commencer par le tome 2, de toutes façons !

1er tome :The Eyre Affair.jpg

Mais commençons par le commencement, un petit synopsis du premier tome : Thursday Next vit dans un monde très différent du nôtre : la Guerre de Crimée se poursuit jusqu’en 1984 (époque du premier tome), le Pays de Galles est une république communiste indépendante, la Grande-Bretagne s’est fait envahir par l’Allemagne durant la Seconde Guerre Mondiale et a donc connu encore plus de destructions, et la reconstruction a nécessité l’intervention d’une entreprise, Goliath, qui a donc beaucoup de pouvoir. Mais surtout la Littérature a une place très importante : des gens changent leurs noms pour ceux d’auteurs célèbres, il y a régulièrement des émeutes entre fans de Shakespeare et fans de Marlowe… La littérature a une place plus importante que la religion ou le sport dans notre monde ! Thurday travaille pour un service chargé d’empêcher les vols et copies de manuscrits célèbres, mais elle s’ennuie un peu à arrêter des voleurs et escrocs peu doués. Heureusement, elle va bientôt être confronté à un ennemi à sa mesure…

 

Bon, j’espère que ce synopsis pourra vous donner une idée de la richesse et de l’aspect loufoque de l’univers crée par Jasper Fforde ! Cet univers a pour moi des relents du Disque-Monde de Pratchett (pour l’humour et l’aspect méta qui est mis en avant) ou encore des Nouveaux Mystères de Paris de Roland Wagner pour l’aspect souvent absurde de certains concepts ! J’ai d’ailleurs mis un peu de temps à rentrer dans ce premier tome, il faut assimiler tous les codes et les particularités de cet univers ! Mais une fois dedans, c’est un livre très drôle bourré de bonne trouvailles : voyage dans le temps et paradoxes « timey-wimey », dans les livres, humour anglais (absurde, jeux de mots…), bureaucratie orwellienne, méga-corpo qui évoque irrésistiblement le genre cyber-punk… Un très bon premier tome ! L’héroïne est sympathique, avec ses qualités (sang-froid, courage, capacités d’improvisation…) et ses défauts (impulsive, têtue..), mais je me suis davantage attaché à elle dans le deuxième tome que je trouve encore meilleur !

 

Lost in a good book.jpg2ème tome :

Synopsis : Après son succès à contrer Hadès et Goliath, sauver le roman de Jane Eyre (et améliorer la fin !) et son mariage avec Landen, Thursday pensait pouvoir couler des jours paisibles. C’était sans compter une bureaucratie inique qui recherche toujours son père et emploie tous les moyens à sa disposition, Goliath qui cherche à se venger et bons nombres de coïncidences potentiellement mortelles ainsi que des notes de bas de pages étranges…

 

 

J’ai encore plus apprécié ce 2ème tome que son prédécesseur ! En effet, je connaissais déjà l’univers et l’héroïne et je suis donc « rentrée » immédiatement dans le livre, et puis surtout il y a l’introduction de la Jurisfiction1 ! C’est une invention absolument géniale : des personnages de roman (avec parfois des personnages « réels » comme Thursday) se chargent du bon déroulement de l’intrigue, d’empêcher qu’on tente de changer la fin…Il peuvent explorer des romans difficiles d’accès, sauter de livres en livres… Moi qui adore tout ce qui est méta, j’ai de la méta-littérature à foison : les autres agents de Jurisfiction qui demandent à Thursday de quel roman elle est issue (et elle de répondre qu’elle est réelle !), les moyens de communication par notes de bas de pages, changements de police, ISBN (qui « n’a pas été introduit que pour le catalogage ! »)… J’adore !

J’ai aussi bien ris au passage des soldes littéraires où les gens se battent et s’arrachent littéralement les livres !

Et puis, il y a toujours des voyages dans le temps et des paradoxes, on introduit aussi « l’éradication » de personnages : ils ne sont jamais nés et personne (ou presque) ne se souvient d’eux (ça me rappelle quelque chose… Si je vous dis « cracks in a wall », vous me répondez ? 😉 ), les personnages secondaires excentriques (Ah, l’oncle Mycroft qui s’introduit clandestinement dans Sherlock Holmes !), la grande-mère de Thursday qui semble aussi avoir eu une vie peu banale elle et la mère de Thursday ont aussi bossé dans les SpecOp, c’est de famille !) , son père évidemment et ses apparitions temporaires…
L’humour « so British » est aussi présent, avec, par exemple, la fin du monde qui se profile sans que personne ne s’en inquiète plus que ça !

Bref, avec cette série qui mélange la SF (dont l’uchronie), la littérature (principalement britannique) et les hommages et clins d’œil aux classiques et la méta-littérature, je crois que j’ai trouvé mon Saint-Graal littéraire ! Cette série entre clairement dans mon panthéon littéraire personnel !

 

En guise de conclusion, je vous dirais : vous aimez la SF ? Lisez la série ? Vous adorez la littérature (notamment anglaise) ? Même punition ! Si vous êtes amateurs d’humour anglais loufoque, vous devriez adorer ! Bref, à moins de n’aimer que les livres hyper-réalistes, je conseille cette série à tous ceux qui aiment la lecture en général !

P.S. : je ne sais pas ce que vaut la VF, je lu ces deux livres en VO ! Quelqu’un a lu les livres en VF ? La traduction est bonne ?

1 Si Jurisfiction lit les blogs, je suis volontaire pour travailler pour eux, sans salaires ni vacances quelconques ! Contacte-moi par notes dans Cyrano de Bergerac, Jeeves ou Rosa Candida ! 😉

Publicités

10 Réponses

  1. J’adore la série, ayant lu les 4 premiers. Je prévois de lire le 5e avec Fashion bientôt, d’ailleurs. Le 2e est celui que j’ai le moins aimé pour ma part mais généralement, c’est le 3e (mon préféré avec le premier) qui cause le plus de problèmes aux lectrices!

    Bref, c’est déjanté, sooooo littéraire et j’adore. et moi je suis volontaire pour tester la machine d’oncle Mycroft!

  2. J’ai des échos contradictoires pour ce troisième tome, je suis curieuse de voir ça ! Quant à la machine de Mycroft, moi aussi je voudrais la tester !

  3. J’ai adoré le premier tome, il faut que me me mette au second !

  4. Theoma : fonce, le deuxième est encore plus drôle que le premier !

  5. Je suis contente de découvrir ton blog et ce billet. Le doublon? Pas grave du tout, au contraire nous donnerons deux fois plus envie aux challengers de le découvrir ;D

    J’aime beaucoup ce que tu dis de la série, à la fin, il se peut même que je te cite sur mon blog car tu as raison, cette série recouvre trois genres et donc peut convenir à trois types de lecteurs!

    Une petite question, comment définirais-tu « méta »… je comprends plus ou moins mais n’arrive pas à le définir… :s Mais je perçois bien qu’ils ‘agit de l’aspect que j’adore le plus dans la série ^ ^

  6. Et bien voilà, tu es citée dans mon nouveau billet 😉 (et au fait mon billet de la veille porte sur le tome 3…)

  7. Sabbio parle de ton billet enthousiaste. En effet. Je suis tombée dans la marmite Ffordienne il y a un bout, au point de lire le numéro 5 en VO, non traduit à l’époque, mais je voulais trop le lire! et , si tu ne connais pas, il y a une autre série, celle de la NCD, pas mal délirante aussi, et pas traduite (ce qui n’a pas l’air de te gêner). Tu connais le blog de l’auteur?

  8. Sabbio : Merci pour le billet et pour le
    commentaire !
    La méta-fiction est une œuvre qui commente d’autres œuvres et/ou sur son propre fictionalisme.

    Par exemple Hamlet qui se sert d’une pièce de théâtre à l’intérieur d’une autre pièce de théâtre pour dénoncer un meurtre, L’Histoire sans fin qui écrit à propos d’un lecteur lisant une histoire et qui s’interroge sur la réalité de cette histoire, le personnage de comics Deadpool qui va les bulles de dialogue, le héros de Last Action Hero qui essaye d’appliquer des clichés dans l’univers du film dans le film…

    Voilà, j’espère avoir éclairer un peu ta lanterne, c’est vrai que le concept est dur à définir… pour plus d’infos, tu peux aller voir là : http://tvtropes.org/pmwiki/pmwiki.php/Main/MetaFiction

    http://tvtropes.org/pmwiki/pmwiki.php/Main/MetafictionDemandedThisIndex

    http://en.wikipedia.org/wiki/Metafiction

    keisha : non je ne connaissais pas ce blog, je vais aller y jeter un coup d’œil et je lirai sûrement son autre série ! Merci pour les infos !

  9. Pour ces exemples j’avais tendance à appeler cela des « mises en abîme » tout simplement ^ ^ Je viens d’apprendre quelque chose!
    En tout cas la métafiction est quelque chose que j’adore et qui me fascine depuis que je suis petite! 😀

  10. Bah je dirais que la métafiction serait la mise en abîme employée de manière longue et/ou répétée ou encore une œuvre qui commenta et analyse d’autres œuvres du même genre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :