Garrow’s Law : drama légal idéaliste à la fin du XVIIIème siècle

 

b00nsp4s_640_360.jpg

 

http://en.wikipedia.org/wiki/Garrow%27s_Law

Encore une découverte due au blog de Livia (qui en fait une présentation très complète en français) ! C’est mon dernier coup de cœur télévisuel en date, encore une série britannique, quelle surprise ! 😉

Dans cette série, on suit les affaires défendues par une jeune avocat de la défense, William Garrow, à l’époque où les droits de la défense étaient presque inexistants. Ce dernier se bat pour réformer le système de justice qu’il estime injuste, soutenu dans cette cause par une dame de la haute société (Lady Sarah) et aidé de son attorney (avocat-conseil n’ayant pas le droit de plaider), plus conservateur que Garrow mais avec un bon fond. Ce qui est intéressant, c’est la morale de la société : on voit dans cette série à quel point nous avons évolué sur des sujets comme l’esclavage, l’homophobie, la position de la femme …

Et puis, Garrow est l’homme seul (ou presque) qui lutte contre un système injuste, cela nous le rend rapidement sympathique ! Quand on ajoute en plus que c’est un homme de principes (parfois au détriment de ses intérêts), impulsif et un peu trop fier quelquefois, épris de justice et de vérité, un caractère entier et passionné … Avec des qualités et des défauts si proches des miens, il ne pouvait que me plaire ! Lady Sarah et John Southouse sont également intéressants et attachants. En plus, l’ambiance du tribunal était proche du théâtre à cette époque : effets de manches, appplaudissements/huées du public, … qui donne un côté nettement moins policé à la justice !

Dernier bonus (en tout cas pour moi) : il y a en plus un côté feuilletonant au niveau relation entre personnages avec une romance interdite (comme je le disais hier, une romance bien intégrée dans la trame globale est un gros plus pour moi !)

La série est sûrement romancée (je n’ai pas lu la biographie du vrai Garrow pour ne pas me faire spoiler) et a un ton globalement idéaliste, mais ça me fait plaisir d’avoir des personnages qui me sont proches et de l’espoir dans une fiction ! J’ai une tendance marquée à « l’escapism » en fiction : j’aime m’évader dans les fictions. Du coup, je préfère généralement que les histoires finissent bien ou que la fin soit ouverte : on a assez de tragédies dans le monde réel ! Ce soir, c’est le dernier épisode de la saison 2 sur la BBC, j’ai hâte !

Je ferai peut-être une comparaison plus tard avec une autre série historique : City of Vice (dès que j’aurai fini de la regarder). Cette fois-ci on est au XVIIème siècle et on y traite de la constitution de la première force de police londonienne (les Bowstreet Runners). Un des personnages principal est un personnage historique et littéraire : le célèbre écrivain Henry Fielding ! Le ton y est très différent : atmosphère gothique, ville et personnages dépravés (y compris parfois les « héros »), compromis voire compromissions nécessaires … c’est une série intéressante également, mais elle ne me touche pas autant au niveau émotionnel que Garrow’s Law à cause des raisons évoquées ci-dessus !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :