City of Vice

cityofvice.jpg

 

Chose promise, chose due : voici donc une présentation doublée d’une critique de cette mini-série !

Cette mini-série (5 épisodes) de 2008 raconte la création de la première force de police officielle de Londres : les Bow Street Runners ainsi que leurs premières enquêtes. Les deux personnages principaux sont Henry Fielding, célèbre écrivain anglais du XVIIIème siècle et magistrat, et son demi-frère John, également magistrat. On voit aussi leurs hommes de terrain.

Le casting est excellent comme dans la plupart des séries britanniques. Hnery Fielding est joué par Ian McDiarmid, connu pour avoir joué Palpatine dans Le Retour du Jedi et la nouvelle trilogie de Star Wars ! Il a aussi joué dans Sleepy Hollow et dans plusieurs mini-séries et téléfilms britanniques moins connus. John Fielding est interprété par Iain Glen qui a joué dans la saison 5 de Doctor Who, Spooks (MI :5), Kingdom of Heaven … et il jouera Jorah Mormont dans l’adaptation de A Song of Ice and Fire : Game of Thrones !

Voilà pour la présentation, mais cette mini-série fait-elle partie de mes nombreux coups de cœur britanniques ? Et bien non. En effet, comme je le disais le post de Garrow’s Law, cette série a vraiment une atmosphère sombre et des personnages ambigus. De ce fait, elle n’a pas réussi à me conquérir au niveau émotionnel (oui, je suis une grosse gamine : j’aime être à fond derrière les personnages de séries/livres/films, me lever devant l’écran en commentant dans les moments dramatiques … Qui a dit : « Comme au théâtre de Guignol » ? 😉 ).

Cependant, elle n’en demeure pas moins très intéressante et même fascinante ! En effet, c’est une société à la limite de la décadence qui nous est présentée. Les privilégiés ne se préoccupent que d’eux-même, les criminels prospèrent en toute impunité, la misère sociale ferait presque passer l’époque victorienne pour une période de justice sociale …. L’ambiance est très bien rendue, on voit beaucoup de violence, de prostitution, de misère … Londres bénéficie d’effets en 3D à partir de cartes d’époque vraiment beaux, et la musique (le violon notamment) hante magnifiquement les ruelles sombres de Londres, les maisons étroites… Bref, les créateurs réussissent à créer une atmosphère sombre, presque gothique, particulièrement réussie ! J’ai été choqué de voir les Fielding marchés au milieu d’enfants miséreux, malade ou mourants sans rien ni faire ou même les voir. Mais finalement, est-ce bien différent de quand nous passons tous les jours devant le même SDF sans plus le voir (ou même en évitant son regard) ou qu’on ne fait même plus attention aux SDF qui passent dans les RER/métros à chaque trajet en faisant leur discours/de la musique… La misère quotidienne, « habituelle » devient invisible.

Les personnages principaux sont ambigus. Ils veulent décourager les criminels et ont de bonnes intentions et des principes (pas de corruption, trouver le VRAI coupable d’un crime …). Malgré tout, ils doivent aussi composer avec leur « sponsor », Lord Newcastle, noble intéressé uniquement par la sauvegarde de ses biens et son image, ainsi qu’avec le poids politique de certaines personnes disposant d’appuis puissants : dirigeants de maisons closes par exemple. Ils sont donc forcés de faire des compromis, de laisser commettre des actes atroces (prostitution d’enfants de 7 à 12 ans, vente de prostituées trop vieilles à des fous furieux …) en se contentant d’arrêter un « simple » meurtrier. Ils sont en fait souvent forcés de privilégier l’ordre plutôt que la justice.

Et puis, les deux frères sont aussi des hommes de leur époque avec les valeurs qui vont avec ! Ils considèrent donc l’homosexualité (la « sodomie ») comme un pêché mortel, considèrent la prostitution comme tout à fait normal, ils veulent faire peur aux criminels avec la pendaison … D’ailleurs, dans l’épisode qui traite d’homosexualité, j’ai trouvé le meurtrier protecteur de son amant plus sympathique sue sa victime qui voulait hypocritement dénoncer le « pêché mortel » !

John Fielding a pour principe de ne jamais transiger avec les criminels, mais il n’hésite pas à en torturer un (le mutilant à vie) en lui promettant la vie sauve s’il parle, puis à rompre sa promesse une fois qu’il a obtenue l’information désirée ! J’ai aussi beaucoup apprécié le dernier épisode pour la longue discussion entre Henry Fielding et un chef de gang sur la responsabilité dans le fait de devenir criminel. Le criminel met en avant les circonstances atténuantes, la misère qui force les pauvres à se tourner vers le crime. Fielding dit que l’on a toujours le choix, qu’il n’y a pas d’excuses. Je n’ai pu m’empêcher de ressentir une certaine compréhension pour les raisons exposées par le criminel, tout en me rappelant ensuite qu’il avait quand même violé et tué de sang froid ! Par contre, j’ai trouvé Fielding trop dur envers la femme qui vendait du Gin et sa sœur malade en sortant de prison. Il estimait que quelqu’un qu’il avait envoyé en prison était forcément coupable de quelque chose et que c’était donc de sa faut s’il tombait malade en prison !

Finalement, on voit se mettre en place un système de police et de justice basée sur la peur, où l’on ne fait aucun cas des «circonstances atténuantes », coupable à moins d’être prouvé innocent… et finalement assez expéditive une fois l’arrestation faite. L’ordre est maintenu mais la justice (la vraie) est bien souvent malmenée et assez secondaire ! C’est en grande partie ce que va tenter de réformer Garrow’s quelques dizaines d’années plus tard !

C’est donc une série assez fascinante dans sa noirceur et son ambiguïté, qui pose des questions morales intéressantes. Comme je l’ai dit, ce n’est pas un coup de cœur (je préfère mes séries avec un peu d’espoir et d’optimisme), mais c’est néanmoins une série que je vous conseillerai de voir,     elle fait vraiment réfléchir, a de très bons acteurs et un visuel magnifique !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :